CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°11 du 25 avril 2010

publié le 25 avr. 2010 à 23:34 par Jérôme Moreau

« Je ressemble à la poussière et à la cendre » (Job 30, 19)

Les habitants de Rome connaissent bien le phénomène du sirocco, vent chaud du sud, qui dépose sur le sol, les toits et les voitures de la Cité Eternelle, une pellicule de sable jaune tout droit venu du Sahara. Ces derniers jours, c’est depuis le nord qu’un nuage de cendre grise menaçait nos contrées européennes occidentales, paralysant le trafic aérien et une bonne part des échanges qu’il permet. Et de prendre conscience tout à coup de la fragilité de nos sociétés. Un simple phénomène volcanique peut tout bloquer de notre bougeotte économique et politique. La civilisation moderne est devenue très complexe. Elle est techniquement très au point, il faut le dire. Les grandes cités du monde sont autant de ruches bourdonnantes où le quidam se sent grisé par tant de mouvement, étourdi par la vie trépidante. C’est oublier un peu vite à quoi tient l’équilibre délicat. Si par exemple nous étions privés d’un coup d’électricité… vous ne pourriez pas me lire en cet instant, mais combien d’autres conséquences autrement plus désastreuses.

Le surhomme rêvé de Nietzsche est fait de la glaise du sol. Ne l’oublie pas, Friedrich ! Ses plus beaux rêves de puissance rencontrent les limites de sa pauvre finitude. « Il m’a jeté dans la glaise, et je ressemble à la poussière et à la cendre » disait Job sur son tas de fumier. Reconnaître l’indigence de notre condition terrestre, c’est faire œuvre de sagesse. Nous ne sommes pas tout. Nous ne pouvons pas tout… sans Celui qui nous donne la vie à chaque instant qui passe. L’homme sans Dieu se croit fort. Il fait, tôt ou tard, l’expérience douloureuse de son néant. L’homme sous le regard de Dieu reconnaît son état de créature périssable et frêle. Dans la rencontre libérante avec Jésus Christ, il peut comprendre son incommensurable dignité quand il saisit comment le Tout-Puissant a assumé sa faiblesse pour l’élever à sa propre divinité.

Si je demeure dans la grâce du Christ, je ne crains pas. Si je cesse de prendre sa main tendue et de la tenir fermement, je suis livré à mes propres limites et à la corruption inéluctable. Le message de Pâques est un message de joie et d’espérance. C’est le message du relèvement de l’humanité. Jésus s’est relevé d’entre les morts pour que nous soyons des hommes debout par sa puissance, cheminant vers l’éternelle félicité où nous ne craindrons jamais plus d’être réduits en cendres, saisis que nous sommes par l’aspirateur céleste, l’Esprit-Saint qui nous a été donné.

Un volcan qui tousse peut bien constituer un clin d’œil du Bon Dieu pour nous rappeler notre constitution native. Notre prière doit en redoubler de confiance et d’humilité (de humus : le terreau). Chers terreux, soyez dans la joie avec Anne qui chante au Seigneur : « Il relève le pauvre de la poussière » (1Sa 2, 8) ; reprise par la Sainte Vierge Marie dans son Magnificat : « Il a jeté les yeux sur l’humilité de sa servante… Il élève les humbles » (Lc 1, 48a.52b).

Le Christ est vraiment ressuscité, Alléluia ! « De même que nous avons porté l’image de l’homme terrestre , nous porterons aussi l’image du céleste » (1Co 15, 49)…

Abbé Philippe-Marie

Vie du site

La grâce de Dieu peut passer par des voies surprenantes : mon épouse et moi avons involontairement prolongé de 2 jours notre pèlerinage en Terre Sainte du fait des déplaisantes facéties d’un volcan islandais au nom imprononçable, mais de ce fait je suis très à court de temps pour pondre mon papier.

En quelques mots : durant les 31 derniers jours nous avons reçu 2500 visites sur le site, selon un rythme très irrégulier, guidé par les événements, puisqu’au cours de la seule journée du 22 mars plus de 400 personnes se sont connectées. Durant ce mois, presque 7000 pages ont été consultées, les chaînes de prière restant en tête, ce qui est bien naturel. Pour l’anecdote, nous avons reçu 10 connexions de Tokyo.

Les chaînes sont actuellement au nombre de 7 et nos contacts avec les demandeurs montrent bien les attentes profondes auxquelles elles correspondent. Les intentions de prière nous sont parvenues au rythme moyen de 3 par jour. Tout ceci sera analysé avec les résultats du sondage. A ce propos, il est encore temps de répondre et plus vous vous manifesterez, plus vous contribuerez à la qualité du site.

Un mot personnel sur le voyage évoqué plus haut. Un pèlerinage en Terre Sainte constitue notre réponse d’adhésion au Mystère de l’Incarnation : Par son incarnation, le Christ est venu physiquement à notre rencontre ; par un pèlerinage en Terre Sainte, nous allons, autant qu’il est possible de le faire, physiquement à la rencontre du Christ.

Et je puis vous dire que tous les auteurs d’actions de grâce, tous les bénéficiaires d’intentions et de chaînes de prière ainsi que tous ceux qui les entourent n’ont pas quitté mes pensées durant ces journées extraordinaires.

Dominique





Comments