CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°13 du 25 juin 2010

publié le 25 juin 2010 à 15:40 par Jérôme Moreau

« Je voyais Satan tomber comme l’éclair » (Lc 10, 18)

Chers amis de CathoFamiLink,

Vous avez peut-être remarqué que sont apparus de nouveaux types de chaîne quant à la forme ou quant au thème. Nous essayons d’être à l’écoute de vos besoins tout en opérant un discernement nécessaire pour ne pas partir dans tous les sens afin que le site ne devienne pas une jungle inextricable ou un grand bazar.

A propos de grand bazar, les habitants de Clisson ont été servis, aux premières loges de la “fête de l’enfer” qui a sûrement ressemblé à l’enfer de la fête. Mais les ‘cultureux’ de tout poil mettent un point d’honneur à défendre la sacro-sainte liberté d’expression (à géométrie variable d’ailleurs)… Pensez donc : de gentils musiciens aux paisibles mélodies, mâtinés de délicats poètes aux accents fraternels. Cocktail sulfureux pour jeunesse errante, désabusée et abusée ! Les Chantal Goya du Grappin s’en sont donné à cœur joie. En attendant, ces plaisirs ‘innocents’ dévoient les âmes des jeunes vers des réalités qui, elles, ne le sont pas (innocentes). Chassez le Seigneur, et le démon revient au galop.

En apportant notre pierre dans cet engagement de prière à l’occasion de ce triste événement, nous sommes entrés dans un combat qui n’est pas nouveau et qui perdurera jusqu’à la fin des temps. Cette lutte de la Lumière contre les ténèbres, du bien contre le mal, a commencé dès les origines de l’humanité. En Jésus, elle a pris un tournant radical et décisif. La vie terrestre du Seigneur est une guerre implacable contre le Diviseur, le Diable, le Satan. Depuis les Saints Innocents, les tentations au désert et jusqu’au combat ultime de l’agonie et de la Croix, Jésus mène pied à pied cette confrontation en employant les armes que déteste le plus son adversaire : l’humilité, la prière et le jeûne. Lorsque les disciples reviennent tout heureux des merveilles accomplies au cours de leur mission, Jésus entre dans une profonde jubilation en voyant les jours comptés du règne du Prince de ce monde. « Je voyais Satan tomber comme l’éclair ». Saint Jean reprend l’image dans l’Apocalypse en décrivant ce combat céleste entre les puissances angéliques : « Il y eut une guerre dans le ciel : Michel et ses anges faisaient la guerre au Dragon. Et le Dragon fit la guerre, ainsi que ses anges, et ils n’eurent pas le dessus, et on ne trouva plus leur place dans le ciel. Et il fut jeté, le Dragon, le grand Dragon, le Serpent, l’antique Serpent, celui qu’on appelle Diable et le Satan, celui qui égare le monde entier ; il fut jeté sur la terre, et ses anges furent jetés avec lui » (Ap 12, 7-9). Comment s’étonner dès lors que le Malin s’évertue par tous les moyens à faire trébucher les hommes contre lesquels il nourrit une jalousie maladive ? Parmi ceux-ci, il attaque de préférence ceux qui viennent contrecarrer ses projets, notamment dans l’Eglise notre Saint-Père le Pape, les évêques, les prêtres mais aussi les âmes saintes de toutes conditions. Tantôt il sait se faire oublier pour mieux agir sournoisement à travers ceux qui nient ou oublient son existence, tantôt il entreprend des campagnes de communication séductrice, flattant les attraits pervers de nos âmes fascinées par le chatoiement du mal. Le démon veut toujours salir ce qu’il y a de plus beau, de plus innocent, de plus saint.

Devant ce déferlement du mal qui prend des formes diverses, nous entendons Jésus nous répéter : « N’ayez pas peur ! » (Mt 14, 27). L’Agneau immolé a déjà vaincu. Le combat n’est pas d’abord extérieur à nous-mêmes, c’est dans chacune de nos âmes qu’il doit être résolument engagé pour que recule le royaume des ténèbres et que notre monde soit illuminé par le Christ vraie Lumière. Nous en avons le magnifique paradigme dans la Très Sainte Vierge Marie, figure de l’Eglise, espérance de nos âmes, “terreur des démons”.

Tous ensemble, unis par la charité, nous sommes fortifiés. Revêtus des armes du salut (cf. Eph 6, 13-17), guidés par le Christ, nous sommes cette armée lancée dans la bataille pour que l’humanité ne plonge pas dans le chaos et pour que tous nos frères humains connaissent la paix et la joie que seul le Seigneur Jésus peut donner. De cette immense armée, Cathofamilink n’est qu’une modeste section de volontaires. Efforçons-nous de tenir vaillamment et humblement notre place !

Abbé Philippe-Marie


Vie du site

Vous êtes une femme mariée, la quarantaine, catholique pratiquante et vous êtes mère au foyer à moins que vous ne soyez dans l’enseignement ou dans une profession médicale. Vous reconnaissez-vous dans cette description ? Peut-être pas, et je connais plusieurs pères de famille qui vont sérieusement douter de mon aptitude à forger un portrait-robot.

En fait ce petit tableau ne reflète que la moyenne des réponses à notre sondage, et le profil des visiteurs du site est bien entendu beaucoup plus varié. Le plus important n’est pas là mais dans l’indice de satisfaction attribué au site en général et à ses différentes facettes, dans la fréquence des visites (qui doit guider celle de nos informations) et dans les remarques, critiques et suggestions que vous émettez, par exemple les situations qui peuvent donner lieu à la création de chaînes de prière et qui vont au-delà de ce que nous pensions au départ.

Merci beaucoup à tous ceux qui se sont donné la peine de remplir le formulaire électronique, et merci d’autant plus que nous les aurions aimés plus nombreux. Pour les autres, il reste bien entendu la possibilité de s’exprimer par la rubrique « contacts », destinée à cet effet. Toutes les idées émises nous aident à faire évoluer le site, mais je réserve d’autres conclusions pour un article à venir car l’actualité du site a été riche ces derniers temps.

En effet l’activité au cours des 31 derniers jours (à la date où j’écris) avec 4000 visites a presque doublé par rapport à la période précédente. 12500 pages ont été vues, soit un large doublement, et le nombre de visiteurs s’est élevé à près de 2600, en augmentation de 79%. Le temps de consultation moyen du site qui était monté à plus de 9 minutes le mois dernier est resté haut, proche de 8 minutes ½. Nous avons donc noté 129 visites en moyenne par jour avec une pointe à 620 le 9 juin. La communauté des priants est passée de 309 à 728 personnes, voire 1157 si l’on tient compte des 567 personnes qui a un moment ou un autre se sont investies dans la chaîne Anne-France. Sur un plan plus anecdotique, nous saluons les 22 visites en provenance de Kopavogu (Islande) et les 10 de Beyrouth (Liban ; c’est plus facile à trouver).

Que s’est-il donc passé ? Plusieurs chaînes de prières se sont ajoutées, portant le total à 9, dont deux, dans les premiers jours de juin, ont fortement attiré l’attention et l’adhésion des visiteurs par leurs sujets et leurs modalités. L’environnement, au départ, des demandeurs y est forcément aussi pour quelque chose. Le drame d’Anne-France a trouvé comme écho une offre d’implication précise des priants : jeûne, messes, chapelet, journées sans fumer. Cela nous a ramenés au blog qui fut de fait l’ancêtre de CathoFamiLink. L’engagement personnel précis des priants semble constituer une bonne réponse (parmi d’autres) à la question : comment prier ? Toutefois cette façon de faire n’est pas applicable à toutes les situations.

La chaîne Hellfest est la première, chez nous, à ne pas traiter d’une situation personnelle mais d’un problème général, en l’occurrence celui de l’envahissement du monde du spectacle par des mouvements crypto (ou ouvertement) satanistes auxquels mieux vaut ne pas attribuer l’adjectif de culturel qu’ils revendiquent. Cela nous amène à nous poser la question des chaînes « thématiques » suggérées par certaines réponses au sondage mais qui doivent loger dans les limites d’objet (caractère familial) et de durée qui les définissent. Dans le cas présent la gravité du problème et son urgence expliquent l’intérêt évident porté à cette chaîne.

Face à cela, les intentions de prière continuent à marquer un creux avec, comme le mois précédent, un seul dépôt par jour en moyenne. Certes ce ne sont pas les nombres qui sont importants mais plutôt les réalités qu’elles représentent, qui font d’ailleurs partie des points sur lesquels portent certains commentaires du sondage. Par exemple, ce qui se cache derrière certaines intentions de prière n’est pas toujours facile à décrypter. Faut-il veiller à ce que le matériel et l’affectif n’y viennent pas faire passer le spirituel au second plan ? C’est ce que certains demandent en s’inquiétant de la quasi redondance de certains types d’intentions. Dans un autre ordre d’idée, beaucoup de lecteurs nous disent prier pour les intentions même s’ils ne se sont pas engagés à le faire ; nous le subodorions déjà, mais cela doit-il remettre en cause les inscriptions à la prière pour les intentions ?

Qu’ils augmentent ou diminuent, les chiffres nous obligent donc à réfléchir. Chers visiteuses et visiteurs, que vous soyez ou non mère de famille d’environ 40 ans, c’est aussi cet exercice que l’équipe de CathoFamiLink partage avec vous.

Dominique






Comments