CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°17 du 25 octobre 2010

publié le 25 oct. 2010 à 11:13 par Jérôme Moreau   [ mis à jour : 25 oct. 2010 à 13:33 ]

Sanctus, Sanctus, Sanctus !


Chers amis,

La saison est propice aux ballades dans les cimetières. J’aime ces allées plantées d’ifs fiers qui pointent le ciel de leurs cimes effilées. Ils semblent nous dire : « Amis, qui regardez en bas les sépulcres vénérés autant que détestés, ils ne sont que cénotaphes lorsque le temps a fait son œuvre ! ». Il y a bien longtemps, un dimanche matin, dans l’aurore hésitante de l’âme de pieuses femmes, la voix pure d’un ange fissurait la chape de plomb d’un deuil pesant : « Vous cherchez Jésus le Crucifié ? Il n’est pas ici. Il est ressuscité ! ». Cimetière : c’est le “lieu où l’on dort” … en attendant l’espérance de l’aurore à venir. Sur les dalles froides, s’exposent les objets les plus hétéroclites, dignes de la foire de la brocante du coin. Dans ce bric-à-brac sentimental, le comble de l’ânerie va au “Regrets éternels”, surtout associé à la Croix du Seigneur… Comme notre société, nos cimetières ne sont plus chrétiens.

Sur CathoFamiLink, nous prions plus volontiers pour les vivants. N’oublions pas nos morts ! Ils attendent de notre charité la grâce d’une prière pour leur délivrance. Ils aspirent à être plongés dans le Sang rédempteur pour revêtir la livrée céleste et immaculée des élus. La longue robe blanche du baptême sera notre habit de fête à l’instant de l’éblouissante vision. Le prêtre la revêt durant le Saint Sacrifice pour rappeler à tous cette condition native de notre foi et signifier que ce que nous célébrons n’est que prémices de l’éternelle Vie, avant-goût de la joie infinie.

Les cimetières sont des lieux d’ espérance. C’est pourquoi la Commémoration des fidèles défunts est précédée par la Toussaint. Chez nous, point de fête des morts à consonance païenne. La seule fête chrétienne qui vaille est fête de la Vie, victoire sur la mort du corps, plus encore victoire sur la mort de l’âme qu’est le péché. Cette victoire porte un nom : la sainteté, nécessaire et noble ambition de tout chrétien qui ne veut pas passer pour un lâche. Le monde d’aujourd’hui nous condamne à être des saints, et nous savons que ce chemin passe par la Croix. La sainteté n’est pas une option. Elle est constitutive de notre engagement chrétien. Elle est reflet de la Lumière divine en un monde enténébré. « Soyez saints, dit Dieu, car moi je suis Saint ! » (Lv. 19, 1).

Très joyeuse fête de la sainteté ! Et n’ayez pas peur d’être des saints !

Abbé Philippe-Marie

PS. Merci de votre réponse généreuse à notre journée de prière pour les vocations sacerdotales. N’oubliez pas de vous réinscrire pour le 5 novembre prochain, et d’inviter largement.

Vie du site

Les feuilles mortes ne se ramassent pas encore à la pelle mais les vacances d’été sont bien finies et nous le constatons dans le fonctionnement du site. Les visites sont remontées à 2570 pour les 30 derniers jours (à la date où j’écris), effectuées par 1640 visiteurs qui ont visionné plus de 9000 pages. La durée moyenne des visites est très légèrement supérieure à 9 minutes, ce qui est une marque d’intérêt non négligeable dans un monde où l’on zappe plus vite que son ombre.

Nous avons géré 12 chaînes de prières durant cette période, sachant que le « coup de cœur » sur les vocations qui n’a duré qu’une seule journée, celle du 1° vendredi d’octobre, a réuni une soixantaine d’engagements d’actions personnelles. Quoi qu’éphémère, la page qui lui correspond a reçu 477 visites, ce qui la place juste derrière les 2 chaînes les plus actives. Elle a permis un pic à 193 visites le 1° octobre. C’est un bon début et nous allons recommencer le 1° vendredi du mois de novembre (le 5) ; soyez attentifs au message qui vous parviendra pour cette occasion.

Comme indiqué dans la précédente newsletter, dans un but de clarté nous comptabilisons dorénavant à part les chaînes de prière « action » (actuellement celles qui concernent les vocations une fois par mois, Louis-Guillaume et Anne-France) et les chaînes « classiques » (les 9 autres) car la signification des chiffres n’est pas la même. Notre souci de répondre au mieux aux souhaits des demandeurs vaut bien un peu de souplesse arithmétique.

Les 9 chaînes « classiques » représentent 416 priants. Les 3 chaînes « action » regroupent 371 engagements, sans compter la soixantaine de la chaîne des vocations du 1° octobre. Pour mémoire, les chaînes Anne-France et Louis-Guillaume avaient déjà reçu dans le passé 2179 engagements. Belle vitalité !

Bien sûr, tous ces chiffres ne représentent que des valeurs globales, rendent bien mal compte de ce qui se passe au fond des âmes et posent parfois plus de questions qu’ils n’en résolvent. Par exemple la chaîne de prière pour Benoît S, la plus récente, compte peu d’inscrits mais a reçu plus de 350 visites, et là encore il ne s’agissait pas d’un zapping superficiel puisque la durée de consultation de cette page approchait les 7 minutes. Quelque chose dépasse le quantifiable. La grâce, tout simplement ?

Un mot des intentions de prière : une par jour exactement. Deux mots sur les actions de grâce : 4 nouvelles ; merci de tout cœur de partager ainsi avec les priants les remerciements que vous adressez au Ciel. Cela touche et encourage chacun de nous. C’est donc aussi un très bel acte de solidarité.

Je ne puis m’empêcher d’évoquer, en terminant, Sainte Thérèse d’Avila que nous avons fêtée il y a quelques jours, elle qui, si proche de Dieu, connut néanmoins une si longue nuit de l’âme. Elle mourut durant la plus longue nuit de l’Histoire, celle du 4 au 15 octobre 1582. Rien d’extraordinaire là dedans : ce fut simplement la nuit où l’on passa du calendrier julien au calendrier grégorien, avec les 10 jours de rattrapage que cela nécessitait. Si cette pointe d’humour historique peut nous aider à vivre nos grandes et petites difficultés quotidiennes et ces nuits trop longues où Dieu nous porte alors que nous n’éprouvons qu’un sentiment de solitude, merci Sainte Thérèse !

Dominique







Comments