CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°25 du 25 juin 2011

publié le 26 juin 2011 à 10:04 par Jérôme Moreau

"Qu’on nous considère comme des intendants des mystères de Dieu" (1Co 4, 1)

Ce 29 juin prochain, notre Saint-Père le Pape célèbrera ses soixante ans d’ordination sacerdotale. A l’occasion de ce beau jubilé de diamant, nous aurons sûrement à cœur de nous unir aux prières (spécialement l’adoration du Saint-Sacrement) qui seront offertes à ses intentions. Toute une vie de prêtre au service du Seigneur et de son Eglise, dans l’amour de Dieu et des âmes : c’est pour cette fidélité que nous rendons grâces.
Au fait, quels sont les prêtres qui nous ont accompagnés au cours de notre existence plus ou moins longue ? Y pensons-nous parfois ?…

Comment ne pas songer à vous Père Emile qui m’avez enfanté à la vie de la grâce le jour où mes parrain et marraine me tenaient dans leurs bras au-dessus de la fontaine du salut ? Vous avez versé l’eau de la purification sur mon front et par votre ministère, je suis devenu enfant de Dieu par le don gratuit et sans prix de son Amour. Vous que je n’ai pas connu, mon père dans la foi et la vie divine, soyez mille fois béni dans l’intimité de la Sainte Trinité !
Et vous Père Louis, à l’âge de la tendre enfance qui s’éveille tel un bourgeon appelé à porter son fruit, vous m’avez initié à la foi et donné le Pain du Ciel dans lequel l’homme est totalement rassasié. Prêtre au cœur passionné du Seigneur, vous m’avez nourri de la nourriture céleste dont je ne cesse pas d’avoir faim sur mes sentiers ardus de pèlerin de la terre. Père nourricier de mon âme, soyez mille fois béni dans la vision béatifique du Verbe que vous m’avez transmis avec tant de foi et d’amour !
Et vous Père Jacques, modèle du pasteur offert en sacrifice pour son troupeau, votre exemple est inscrit au plus secret de mon âme comme un flambeau irradiant de lumière, allumé au temps du séminaire alors que vous preniez soin de ma paroisse natale, accomplissant admirablement ce beau titre de curé. Dans la maladie qui vous réduisait peu à peu à la tétraplégie, vous avez consommé votre oblation sacerdotale en une voie inattendue et rayonnante. Dans le feu embrasé de la présence divine, soyez mille fois béni !
Et vous Père Edmond, la simplicité de vos origines rurales vous rendait si humble et aimable que l’on s’émerveillait plus encore de constater votre science profonde du mystère eucharistique que vous avez su si bien transmettre. Mon âme de prêtre en est pour toujours marquée d’un sceau indélébile d’amour de la Sainte Messe. Dans le rayonnement pleinement dévoilé du sacrifice de la Croix et de la présence réelle de la Sainte Hostie ; soyez mille fois béni !

Tant de visages : Père Jacques, Père Joseph, Père Georges, Père Hubert… et vous tous ministres du Seigneur qui pour un moment bref ou durable avez été la tendresse du visage de miséricorde du Père du Ciel en faisant descendre en mon âme le baume précieux de la grâce qui guérit. Que votre patience, votre charité, votre persévérance et votre fidélité soient mille fois récompensées dans la contemplation transformante de Celui que vous avez donné à mon âme rebelle !
Prêtres du Seigneur endormis en sa douce présence, le Christ Grand Prêtre ne vous donne-t-Il pas maintenant d’être couronnés à la cour du Roi des rois ?

Mais je me tourne aussi vers tous ces confrères âgés, retirés après tant d’années de labeur et de don de soi dans la Vigne du Seigneur. Malades, parfois si seuls, certains souffrent des mêmes dégénérescences neurologiques ou sénilités que tout un chacun. Beaucoup ont été séduits par les sirènes de mai 68 et des idées en vogue, et tellement déçus par des résultats attendus jamais arrivés. Quelques-uns se réjouissent de voir monter une nouvelle génération de jeunes prêtres plus enracinés dans la Tradition romaine. D’autres s’en désespèrent. Combien pourtant continuent vaillamment d’assurer un ministère, aussi modeste soit-il, jusqu’aux limites de leurs forces ! Intendants des mystères de Dieu, ils sont le reflet, la présence effective du Christ Grand Prêtre, jusqu’en la déréliction et l’impuissance de la Croix, pour être configurés à Lui jusqu’au bout. Ce qu’ils sont comptera toujours plus que ce qu’ils font.

Prêtres du Seigneur parvenus aux rives de l’océan infini du mystère auquel vous vous êtes consacrés et que vous avez servi, qui que vous soyez et quoi que vous ayez fait ou non, soyez surabondamment bénis d’avoir dit un ‘oui’ sans condition au Seigneur pour être passeurs d’âmes et médiateurs de la joie qui nous vient d’en haut. Vos fragilités n’enlèvent rien au don sans réserve de la miséricorde de Dieu ; au contraire, elles ne font que mieux en manifester toute la force invincible et impérissable. Mille fois merci d’être maintenant et in aeternum, la présence médiatrice du Grand Prêtre de nos âmes. Soyez bénis éternellement de nous avoir enrichis et de nous enrichir sans cesse de la Vie divine, don qui n’est pas vôtre mais qui sans vous n’atteindrait pas jusqu’à l’intime de nos âmes. Prêtres de la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ, vous ne mesurerez jamais vraiment la beauté qui est la vôtre, miroir sacerdotal qui, à votre insu, nous illumine de la clarté ineffable qui nous enveloppe déjà, au séjour terrestre, d’une présence transfigurante.

Abbé Philippe-Marie

Vie du site

Le mois de mai presque estival s’est montré plus favorable à la maturation précoce des fruits qu’aux connexions avec CathoFamiLink mais pour les 31 derniers jours, nous remontons au dessus de 1400, pour près de 1000 visiteurs. Ne cherchons pas de relations de cause à effet. Mais il m’arrive de m’interroger quand les chiffres baissent : phénomène éphémère ? désintérêt réel et durable ? simple conséquence de la clôture de « grosses » chaînes de prière alors que les nouvelles mettent quelques temps pour trouver leur place ? Ou bien interrogation plus fondamentale sur notre mission elle-même ?

Et puis arrivent, par exemple, des nouvelles d’un malade réconforté par cet entourage spirituel, en quelques phrases émouvantes jusqu’aux larmes. Alors bons ou mauvais chiffres disparaissent et la lumière s’allume. Tout simplement.

Nous gérons 10 chaînes de prière, comme pour les quelques mois passés, mais ce ne sont pas tout à fait les mêmes et la moitié d’entre elles n’était pas encore ouvertes mi-mars. Elles regroupent aujourd’hui 250 priants. Il faut y ajouter les deux « coups de cœur » mensuels (vocations et familles) auxquelles les visiteurs s’inscrivent volontiers… si nous pensons à leur faire un petit rappel quelques jours avant le vendredi concerné.

La page la plus visitée reste celle des intentions de prière (442), ces dernières nous parvenant toujours au rythme régulier d’une (ou un peu plus) en moyenne, par jour. Nous sommes toujours, malheureusement, obligés d’en écarter certaines, soit que la nécessaire confidentialité ne soit pas respectée, soit que l’objet des demandes, même s’il est humainement touchant, s’écarte trop de ce qu’on attend d’un site respectueux de la foi et de la morale chrétiennes.

Pour les actions de grâce : deux nouvelles. Deux petits bijoux de spiritualité discrète, comme c’est souvent le cas. Merci !

Puisque la fête de la Sainte Trinité est toute récente, je ne puis résister au plaisir de partager avec vous cette traduction d’un chant italien du XV° siècle :

« Grande Trinité bienheureuse que nous adorons sans cesse. Trinité glorieuse, unité merveilleuse. Tu es une manne savoureuse et très désirée. »

Dominique


Comments