CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°31 du 25 décembre 2011

publié le 25 déc. 2011 à 06:35 par Jérôme Moreau

"Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu !" (Mt 5, 8)


La famille est à table. Les nombreux enfants animent joyeusement le repas. Le père de famille lance soudain un défi : chacun doit dire comment il se représente le paradis. Entre ceux qui naviguent dans les sphères éthérées et ceux qui ont l’âme plus terre-à-terre, des aînés vers les plus jeunes, les théories les plus diverses, parfois amusantes, s’exposent. Et le papa s’adresse finalement au petit dernier : « Et toi Timothée, qu’est-ce que c’est le paradis pour toi ? ». L’enfant, turbulent au cœur bon, se trémousse de contentement sur sa chaise, prend l’air malicieux qu’on lui connaît souvent et affirme solennellement : « Pour moi, le paradis c’est de contempler le visage de maman ! »… Celle-ci, fondant de bonheur, embrasse son chérubin, dans la joie étonnée et partagée de son mari et de tous ses enfants.
Sur le visage d’amour des mamans, se reflète la bonté du Tout-Puissant, se dévoile un coin du mystère de la miséricorde. Seule l’innocence de l’enfant peut le découvrir car elle ignore le mal et sait admirer la beauté quand elle se présente. Le bébé au sein voit juste assez loin pour croiser les premiers regards de celle qui l’a mis au monde. Jésus aussi a croisé le regard ineffablement doux et aimant de sa Maman. Marie a enfanté l’innocence infinie, pur reflet de la beauté du Père éternel. L’Enfant de la crèche a rencontré dans ce visage humain, l’icône terrestre de la splendeur divine manifestée dans la plus belle de ses œuvres : l’Immaculée !

Noël est la fête de l’innocence de chacun de nous. Elle nous permet de replonger aux sources de l’âme d’enfant qui se cache au secret de notre personne. Cette âme d’enfant s’émerveille sans cesse de la beauté toujours nouvelle. Elle nous autorise à lâcher le monde de l’utile, de l’efficace, du calcul, du jugement, pour céder à la fascination de la gratuité de l’Amour qui se présente. La Sainte Vierge le dit si bien dans la délicieuse Pastorale des Santons de Provence lorsqu’elle défend le ravi qui ne fait rien mais a été mis sur la terre pour s’émerveiller et rappeler à tous la beauté du monde qui reflète la Beauté du Créateur. Cette beauté est si souvent enfouie sous les gravats de nos péchés humains que nous risquons de nous condamner à ne plus jamais la voir si nous ne consentons plus à l’innocence cachée en nos cœurs. L’innocence de Noël est d’abord celle de Dieu fait homme. Il revêt notre pauvre livrée de boueux mais il fait jaillir en notre monde la puissance de l’Amour qui désarme, la clarté de la beauté qui illumine, la pureté restaurée qui guérit les blessures les plus cruelles. Cette grâce de l’émerveillement, nous la trouvons dans les ravis de notre temps, les enfants épargnés par les flots du matérialisme, mais aussi nos petits frères et sœurs handicapés mentaux, ces innocents qui ont échappé aux Hérode modernes pour nous montrer l’essentiel. J’en connais avec qui nous fêtons Noël tous les jours !
« Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu ! »

JOYEUX NOËL à vous tous ! Que l’Enfant de la crèche garde intacte votre capacité d’émerveillement !

Abbé Philippe-Marie

Vie du site

Dieu nous surprendra toujours, et avec Lui nous ne sommes pas près de nous ennuyer ! Oui, Sa venue sur terre fut une divine surprise, au sens propre du terme, le jour de la Nativité. Mais je fais allusion à des faits plus modestes telles ces grâces intimes et le plus souvent peu spectaculaires dont nous pouvons être témoins à CathoFamiLink, ainsi qu’à la façon dont elles peuvent être dispensées.

Un jour, c’est une toute petite chaîne de prière (si l’on en juge par son nombre d’inscrits) qui peut se clore dans une sérénité retrouvée, à défaut de voir tous les problèmes résolus. Une autre fois, c’est la pratique du sport qui peut aider quelqu’un à retrouver son équilibre… Et moi qui m’interroge quand nos statistiques sont en berne !

Parlons un peu chiffres, quand même : 1236 visites sur les 31 derniers jours, pour un temps moyen proche de 7 minutes ½. Nous gérons à l’heure où j’écris 12 chaînes de prières (regroupant 319 priants) dont 2 datent de moins de 30 jours. Le renouvellement se poursuit donc. J’ajouterai que les deux derniers « coups de cœur » (familles, vocations) ont réuni respectivement 41 et 51 inscrits.

Durant cette même période, nous avons reçu 45 intentions de prière ; la tendance est donc à la hausse. La plupart font montre d’une spiritualité profonde, aussi ai-je été un peu surpris en constatant que l’une d’entre elles (tout de suite écartée, bien sûr) citait la combinaison du loto pour laquelle il était demandé de prier ! Certes, la prière est une martingale céleste, mais on ne peut pas la jouer n’importe comment.

Les pages les plus consultées furent les intentions de prière (avec une large avance) puis la chaîne Hélène (ouverte fin novembre), les actions de grâce et les coups de cœur. Les actions de grâce continuent donc par bonheur à être régulièrement consultées, à juste raison. Si vous ne l’avez pas encore fait, pourquoi ne pas aller voir les 3 dernières ?

L’édition de cette newsletter doit se faire pour Noël et je vais bien sûr terminer cette rubrique par mes vœux. Je ne sais pas ce que va vous écrire l’Abbé Philippe-Marie, mais nous le connaissons tous assez bien pour savoir dès à présent que cela sera un régal spirituel. Je vais donc pour ma part en rester à un poème tout de légèreté maritime que la récente tempête rend d’actualité, œuvre de Claude Green (1914 – 2001) :
Comme à Noël, l’étoile…

Sa petite lumière au sommet de son mât,
Comme à Noël l’étoile au-dessus de la crèche,
Le navire s’en va vers une nuit de pêche,
Sainte Vierge, gardez le bateau qui s’en va.

Sa petite lumière au sommet de son mât,
Comme à Noël l’étoile au-dessus de la crèche,
Dans le vent le navire enfle toute sa toile,
Sainte Vierge, gardez ces marins sous leur voile.

Que soit douce leur nuit, fructueuse leur pêche,
Et que revienne au port le bateau qui s’en va ;
Comme à Noël l’étoile au-dessus de la crèche,
Sainte Vierge gardez ces marins sous leur mât.

JOYEUX ET SAINT NOEL DEVANT LA CRECHE


Dominique


Comments