CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°55 du 25 décembre 2013

publié le 23 déc. 2013 à 03:51 par Jérôme Moreau
Sainte(s) Famille(s) !

    Sois bénie, petite maman, qui as porté en ton sein l'innocence blessée qui ne savait choisir entre la vie parmi les mortels de la terre ou la vie céleste pleinement épanouie au milieu du chœur des anges. Sois bénie pour l'amour inconditionnel du petit être auquel tu as préparé un nid douillet brodé dans l'alcôve familiale. Sois bénie pour ta foi catholique qui est un phare te permettant de t'orienter dans les méandres d'une médecine qui ne sait plus toujours l'essentiel et parfois bafoue la vie qu'elle devrait défendre. Sois bénie même dans tes doutes qui démontrent comment la vie est un profond mystère qui t'échappe, toi qui en est le précieux sanctuaire dans ta féminité gracieuse et maternelle totalement assumée. Sois bénie pour ta persévérance dans la lutte à l'heure où il est si facile de faire passer l'inconnu malade par pertes et profits.

    Sois béni, petit papa, qui as su prendre par le cœur celle qui est devenue ton épouse. Sois béni de porter avec elle le fruit de votre amour qui est une ode à la vie. Sois béni d'être le gardien de ce double trésor qui t'est confié, comme Joseph fut le gardien du Seigneur et de sa Mère Immaculée. Sois béni de ne jamais baisser les bras devant l'adversité immorale d'une culture de mort qui, en ne voulant connaître que la jouissance immédiate, se prive de connaître le bonheur éternel. Sois béni pour ta fragilité même et ton insuffisance à résoudre les difficultés qui affectent ta tendresse d'époux et de père ; elles t'invitent à une plus grande confiance dans le Seigneur qui veille dans sa providence sur chacun de tes cheveux (qui se raréfient, il est vrai!).

    Sois bénie, toi, grande sœur encore si petite et si innocente. Les mots que tu commences à balbutier ne suffisent pas à exprimer ce que tu ressens de l'angoisse de tes parents chéris. Sois bénie, petite reine de tes parents, qui s'émerveillent de te voir grandir. Sans le savoir, tu es leur force dans l'épreuve qu'ils traversent. Sois bénie, petite sœur de Celui qui a voulu naître parmi nous, petit enfant comme toi dont la parfaite innocence a accueilli toute la misère du monde.

    Sois béni, petit bonhomme, venu finalement au monde avec tes fragilités et par la persévérance aimante de tes parents attentionnés. Tu livres le beau combat pour la vie. Déjà enfant de Dieu pour l'éternité par le baptême, tu es notre petit frère en Jésus-Christ dont tu reflètes l'image si pure de Noël. Sois béni de professer devant les hommes que la vie est toujours plus belle que l'égoïsme calculateur. Sois béni sous le regard de Marie et de Joseph pour qu'ils t'obtiennent de « grandir en taille, en sagesse et en grâce », comme ton divin modèle.

    Soyez bénies, familles qui dans les joies et les peines, savez conserver le sens de la vie donnée, de la vie offerte, de la vie comme une grâce, de la vie comme un cadeau. Noël : le plus beau cadeau ! La pauvre étable, la grotte sans confort devient le temple de la vie le plus lumineux que le monde ait jamais abrité. La Vie s'est faite nourrisson pour se soumettre à un père et une mère. De la vie de leur nouveau-né, Marie et Joseph ont reçu la puissance de la vie qui ne s'éteint pas. De la grâce de l'Enfant de la crèche jaillit le don, et l'illumination de ceux qui ont su L'accueillir. A ceux qui prétendent avoir un droit sur la vie à naître, ne reste que la cruelle déception de l'incontournable imperfection du modèle rêvé. Au cœur même des imperfections de la vie, l'Enfant-Dieu de Bethléem nous rejoint pour nous dire qu'elles ne sont que transitoires et cachent l'infini Amour de Dieu, capable de tout transfigurer en beauté, en don et en joie.

    Familles qui accueillez toute vie qui éclot en ce monde, vous êtes les nouveaux prophètes des temps modernes ! « Vous êtes invités à manifester au monde la beauté de la paternité et de la maternité, et à favoriser la culture de la vie qui consiste a accueillir les enfants qui vous sont donnés et à les faire grandir. Tout être humain déjà conçu a droit à l'existence, car la vie donnée n'appartient plus à ceux qui l'ont fait naître. Votre présence avec vos enfants est un signe du bonheur qu'il y a à donner la vie de façon généreuse et à vivre dans l'amour » (Bx Jean-Paul II, à Saint Anne d'Auray, le 20 septembre 1996).

    Familles, soyez bénies, et mille fois bénies dans la douce présence de la Sainte Famille de Bethléem qui vous aime, veille sur vous et demeure le modèle indépassable de toute famille.

    Bonne et sainte fête de Noël !
Abbé Philippe-Marie


Vie du site

    Nous voici remontés, pour ces 30 derniers jours, à 2868 visites du site, évolution qui s'explique largement par les 4 nouvelles chaînes de prières ouvertes durant cette période. A l'inverse le nombre des priants s'est replié à 579 pour 24 chaînes. En effet plusieurs centaines de proches s'étaient inscrits pour Hélène J. qui a été rappelée à Dieu le 11 décembre.

    Il semble d'ailleurs que nous nous orientions actuellement vers des chaînes assez nombreuses mais avec des effectifs de priants plutôt modestes. Surtout n'y voyons rien de péjoratif, mais une autre facette de la vocation de CathoFamiLink: Beaucoup de demandeurs ont pour objectif non pas de diffuser leur appel auprès d'un gros carnet d'adresses, mais cherchent plutôt dans le contact avec l'un des responsables de CathoFamiLink et dans le travail même de préparation de leur chaîne à exprimer ce qu'ils ont dans le fond du cœur et à avancer spirituellement. Et la diffusion auprès de nombreux priants, même si elle reste souhaitée, n'est plus alors un objectif essentiel.

    Cela nous fait beaucoup réfléchir. Il est certain que ces deux approches ne sont absolument pas contradictoires et que ces deux façons de voir représentent une grande richesse pour notre site et ceux qui l'utilisent. En conclusion, un faible nombre d'amis à qui diffuser ne fait pas obstacle à la création d'une chaîne de prières. Si je puis oser une comparaison en cette période de Noël: Les bergers présents à la crèche ne possédaient certainement pas tout Israël dans leurs relations, mais qui doutera de la fécondité de leur présence et de leur prière?

    Dans les pages les plus consultées, derrière, comme presque toujours, celles des intentions de prières et des chaînes les plus récentes, nous trouvons la chaîne de Sabine, elle aussi rappelée à Dieu (le 29 novembre) et qui fit l'objet de nombreuses et longues consultations.

    Les intentions de prière furent déposées au rythme d'un peu plus de 2 par jour. Si nous nous réjouissons qu'elles soient nombreuses, nous continuons à devoir les trier, avec souvent le sentiment d'être très souples, car certaines demandes avoisinent ou dépassent les limites de ce qu'on peut accepter sur un site chrétien, que ce soit en matière de morale ou de simple prudence. J'y reviendrai certainement dans les mois à venir.

    Les inscriptions aux coups de cœur ont sérieusement repris car nous arrivons à 72 pour les vocations et 73 pour les familles.

    Un petit mot sur les actions de grâce: 4 seulement, mais 2 d'entre elles (sont-elles liées? je l'ignore) remercient pour la possibilité de prier en famille. Cela nous touche particulièrement car rejoint la vocation familiale de notre site. Or nous voici arrivés au jour où la Sainte Famille se retrouve au complet!

    Alors méditons joyeusement ce mystère avec cette traduction de ce très traditionnel chant de Noël: Adeste fideles:

Accourez, fidèles, joyeux, triomphants :
Venez, venez à Bethléem.
Voyez le roi des Anges qui vient de naître.
Venez, adorons,
Venez adorons le Seigneur.

Dociles à la voix céleste,
les bergers quittent leur troupeau
et s'empressent de visiter son humble berceau
Et nous aussi, hâtons-nous d'y porter nos pas.
Venez, adorons,
Venez adorons le Seigneur.

Nous verrons celui qui est la splendeur éternelle du Père,
caché sous le voile d'une chair mortelle;
Nous verrons un Dieu enfant enveloppé de langes
Venez, adorons,
Venez adorons le Seigneur.

Embrassons pieusement ce Dieu devenu pauvre pour nous
et couché sur la paille;
Quand il nous aime ainsi,
Comment ne pas l'aimer à notre tour ?
Venez, adorons,
Venez adorons le Seigneur.
Comments