CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°59 du 25 avril 2014

publié le 27 avr. 2014 à 12:39 par Benoit FLAMA
Divine Miséricorde

Chers amis de CathoFamiLink,

Combien de nos frères chrétiens, jeunes et vieux, se sentent-ils encore mal aimés du Seigneur. Beaucoup ne parviennent pas à surmonter la honte de leurs péchés et pensent que Dieu ne peut pas les aimer tels qu'ils sont. Pire, certains conçoivent une crainte paralysante de la punition divine. Le jansénisme fait encore des ravages dans les âmes. Cela me rappelle une magnifique scène dans le vieux film 'Monsieur Vincent', si juste et émouvant. On y voit saint Vincent de Paul recueillir des nourrissons abandonnés sur le parvis des églises. Un jour, il en prend un dans sa grande cape et le cache pour le protéger du froid. Puis il se rend à la réunion des dames de la haute société qui l'aidaient de leurs bonnes œuvres. Arrivé au milieu d'elles, il dépose le bébé sur la table. Toutes ces bonnes dames reculent d'effroi et leur présidente de dire : « Dieu veut qu'ils meurent. Ce sont les enfants du péché » (NB. souvent ces enfants étaient enfants de prostituées). Et saint Vincent se met en colère en disant : « Quand Dieu veut que quelqu'un meurt pour racheter le péché, c'est son Fils, Madame, qu'Il envoie ! ». Quel admirable réplique. Je ne sais si elle est authentique mais elle dit bien l'indicible et extraordinaire Amour de Dieu pour les pécheurs que nous sommes.

Dieu n'aime pas la personne idéale que je rêve d'être. Il aime le pécheur que je suis. Certes, Il ne m'aime pas pour mon péché mais Il m'aime dans ma misère et ma faiblesse. Il m'a d'ailleurs rejoint dans cette faiblesse car « Celui qui n'avait pas péché, Dieu l'a fait péché pour nous » (2Co 5, 21), selon le mot très fort de saint Paul. Le Christ est le Saint par excellence mais Il a revêtu notre condition marquée par le péché pour nous en délivrer. La miséricorde n'est pas une plaisanterie. Elle n'est pas une belle idée pour mystico-gélatineux en mal d'émotion spirituelle. Elle part du constat terrible d'un monde plongé dans le péché, empêtré dans une fange collante dont il ne peut pas se sortir tout seul. La miséricorde procède de l'infini compassion du Seigneur pour tous les hommes car Il ne se résout pas à voir s'égarer la créature qu'Il a créée à son image et en vue de partager sa gloire avec elle. Alors prenons au sérieux la miséricorde dont on ne mesure pleinement la portée que si l'on prend conscience du drame du péché. Moins les hommes sont conscients du péché et plus ils sont durs. N'est-ce pas un terrible constat pour notre monde contemporain ? 

Au contraire, la miséricorde prend tout son sens, dévoile toutes ses facettes, déploie toutes ses splendeurs, inonde totalement notre âme de sa douceur suave et de sa tendre consolation quand nous savons que nous ne pouvons que tout attendre de notre Seigneur qui a livré sa vie pour nous en mourant sur la Croix. Ce dimanche de la miséricorde nous apporte une double joie. Joie de nous savoir aimés à ce point et choyés du Seigneur. Joie de la canonisation de saint Jean-Paul II qui en fut l'apôtre et que la providence a conduit sur le Siège de Pierre, après avoir été le pasteur de l’Église de Cracovie où sainte Faustine avait révélé au monde le désir divin de répandre les flots de sa bonté sur toute l'humanité.

Ainsi priait-il au sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie le 17 août 2002 : « Dieu, Père miséricordieux, qui as révélé ton Amour dans ton Fils Jésus-Christ et l'as répandu sur nous dans l'Esprit Saint Consolateur, nous Te confions aujourd'hui le destin du monde et de chaque homme. Penche-toi sur nos péchés, guéris notre faiblesse, vaincs tout mal, fais que tous les habitants de la terre fassent l'expérience de ta Miséricorde, afin qu'en Toi, Dieu Un et Trine, ils trouvent toujours la source de l'espérance. Père éternel, par la douloureuse Passion et la Résurrection de ton Fils, accorde-nous ta Miséricorde, ainsi qu'au monde entier » !

abbé Philippe-Marie


Vie du site

Nous avons reçu 1330 visites pour les 31 derniers jours, avec une durée moyenne de 2 minutes. Les 29 chaînes de prières mobilisent 660 priants. Tous ces chiffres sont très proches de ceux du mois précédent.

4 actions de grâce nous sont parvenues. J'ai souvent – et je l'ai déjà écrit – beaucoup de plaisir à lire ces remerciements adressés au Seigneur par notre intermédiaire. Cela fait chaud au cœur d'être ainsi intermédiaire!

23 intentions de prière ont été déposées, ce qui rétablit la moyenne après plusieurs mois assez riches de ce côté.

A l'heure où j'écris, j'ai encore la tête et  le cœur dans les fêtes pascales, ayant eu cette année aussi le privilège de participer activement par le chant choral à de belles liturgies. Et pour me combler, j'ai reçu d'un ami le fervent canon de Saint Jean Damascène, avec sa touchante allusion au Cantique des Cantiques. Je n'allais pas garder ça pour moi:

Pâque, belle Pâque ! Pâque du Seigneur !
La Pâque magnifique s’est levée sur nous !
Ô Pâque qui apaise toute peine !
C’est aujourd’hui que sort du tombeau comme de la chambre nuptiale
Le Christ tout resplendissant.
Soyons rayonnants de Joie et embrassons-nous les uns les autres,
Appelons frères même ceux qui nous haïssent.
Pardonnons-nous tout et chantons :
Christ est ressuscité des morts,
Par sa mort vainqueur de la mort
Aux morts il a donné la Vie.

Dominique

Comments