CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°10 du 25 mars 2010

publié le 25 mars 2010 à 14:16 par Jérôme Moreau   [ mis à jour : 25 mars 2010 à 14:21 ]

« Vous êtes, vous, ceux qui sont demeurés constamment avec moi dans mes épreuves » (Lc 22, 28)

Les temps sont troublés et risqués. Les médias se chargent de livrer en pâture ceux qui font le moindre faux pas. Imaginez ce pauvre Tiger Wood obligé de présenter des excuses publiques devant un aréopage de ses proches et de journalistes. Tout ça parce qu’il avait commis quelques infidélités, parce qu’il fait preuve de légèreté… Les mêmes qui crient “haro sur le baudet” se délectent à longueur de feuilletons, de films, de journaux ou d’internet à faire étalage d’adultères, de pratiques licencieuses, de pornographie. Allez y comprendre quelque chose. On chasse la morale et on vous la ressert à grands cris.

Le fin du fin étant de pouvoir salir l’Eglise Catholique (une des rares institutions tenant encore la route), nous voyons ces jours ad nauseam, les chantres de la moralité publique pointer un doigt accusateur. Ils sont d’ailleurs moins scrupuleux pour les hommes publics exposant leurs frasques avec des mineurs, mais passons. Nous ne cherchons pas à défendre l’indéfendable. La pédophilie est un crime. Il est d’autant plus odieux qu’il est le fait de ceux qui tiennent un rôle d’autorité et d’éducation et qu’il vient polluer l’innocence. Les tribunaux civils statueront. L’Eglise aussi par des mesures particulièrement sévères à l’égard de ses prêtres fautifs.

C’est une blessure difficile à guérir pour les victimes. C’en est une également pour nous tous, prêtres et laïcs, car nous nous sentons trahis. C’en est une plus encore pour notre Seigneur Jésus et son Eglise. Mais permettez-moi de penser que ces attaques ne sont pas tout à fait innocentes. On manie l’amalgame sans laisser la parole à la défense, en la tronquant ou l’ignorant. Comme par hasard, le grand coupable, c’est le célibat ecclésiastique. C’est vrai, chacun sait que le mariage est la solution à tous les maux ! Surtout quand les statistiques nous rapportent que plus de 90 % des actes délictueux en cause sont le fait de gens mariés ou concubins. Faudra-t-il supprimer également le mariage ? Aux USA, pays le plus touché par ce fléau, 0,7 % des prêtres (ce qui est bien trop évidemment) sont concernés. Où est le raz-de-marée annoncé ? Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose !

Ces épreuves de l’extérieur et de l’intérieur nous font ployer sous un fardeau qui nous semble parfois bien lourd. Nous pourrions être tentés de perdre confiance. Le ver rongeur de la rancœur, du découragement et de l’indifférence pourrait faire son œuvre. Ce temps d’épreuve nous invite à nous recentrer sur le Christ, à porter avec Lui notre part de la Croix, à l’accompagner dans cette passion où chacun a pu ajouter à son supplice : Judas le traître, les faux témoins, la foule versatile, Pilate le lâche, les grands prêtres jaloux, les badauds indifférents, les apôtres terrorisés, Pierre reniant… et chacun de nous avec ses péchés. Malgré la fausse accusation, la calomnie, la honte subie, le sang, les larmes, Elle est restée à ses côtés, jusqu’au bout, avec quelques femmes et Jean. A l’heure de l’épreuve la Vierge Marie ne s’est pas dérobée. Elle a tenu sa place sans faillir, une place de Mère, plus encore une place de disciple pour qu’Il soit soutenu par un cœur aimant dans cette bataille décisive contre les puissances du mal et de la mort.

Il en est ainsi de l’Eglise. Trahie par ses enfants, et si souvent par nous pécheurs, Elle n’en demeure pas moins sainte comme Jésus. Si, pour un temps, le reflet sur Elle de la sainteté du Christ ne brille pas aux yeux du monde, Elle ne fait que suivre les pas de son Maître dans la passion. Elle vit chaque jour ce que disait saint Paul : « Je complète ce qui manque en ma chair aux souffrances du Christ pour son Corps qui est l’Eglise » (Col 1, 24 – d’après une traduction du Cardinal Albert Van Hoye).

Chers amis, en ces jours qui nous conduisent vers le Golgotha avec Jésus, restons tout près de Lui pour ne pas l’abandonner, seul, aux fauves qui veulent le déchirer. Ne nous y trompons pas, en dernier ressort, c’est Lui qui est visé, par les siens et par ses ennemis. Vivons dans la foi et l’espérance ce temps des ténèbres en portant la Croix avec Lui, la nôtre, celle de nos frères meurtris, celle d’un monde qui ne veut pas s’ouvrir à son Amour livré. L’aube pointe, et elle vient, d’une Pâques toujours nouvelle où, victorieux, Il établira son Règne de justice et d’amour, de paix et de sainteté.

Bonne Semaine Sainte en vue de la joie du Christ ressuscité.

Abbé Philippe-Marie

Vie du site

Dans la précédente newsletter je faisais une brève allusion à une initiative à venir, destinée à mieux répondre aux attentes des visiteurs. La voici arrivée : il s’agit du sondage annoncé par un envoi récent de messages individuels et rappelé dans la page d’accueil, en haut à droite, sous le titre « Votre avis nous intéresse ». A l’heure où j’écris, 44 réponses nous sont déjà parvenues, déjà très riches d’enseignements. Mais bien sûr nous en attendons de nombreuses autres avant de tirer des conclusions. Répondre à ce sondage ne prend que quelques minutes et, pour faciliter la vie des gens pressés ou hésitants, nous avons rendu facultatifs certaines rubriques et les commentaires (non marqués du petit astérisque rouge). Je dirai cependant que les premiers commentaires reçus sont souvent très intéressants ce qui m’amène à confirmer que « votre avis nous intéresse ».

En attendant les résultats, je ne ferai pas trop de commentaires chiffrés. Après la grosse bouffée d’activité connue en février, le rythme est redevenu plus classique. Les pages les plus consultées sont toujours, globalement, celles des chaînes de prière (7 aujourd’hui) réunissant aujourd’hui 380 priants. Vient après celle des intentions de prière, rubrique à laquelle j’ai souvent fait allusion. Vous y êtes très attachés, et le sondage nous aidera certainement à mieux savoir comment elle est précisément perçue. Ensuite, vous vous intéressez au coin prière, aussi riche que nouvelle. Un mot, enfin des actions de grâce : certes 2 interventions seulement se sont ajoutées depuis le mois dernier, et cette page reçoit moins d’une visite par jour, mais le temps moyen de consultation, assez long, laisse penser que beaucoup de visiteurs y trouvent un soutien profond et une source d’espérance.

Un petit mot sur certains visiteurs : 12 se sont connectés à partir du Canada et presque tous de la même région. Peut-être s’agit-il d’un groupe d’amis… En dehors de l’Ouest de l’Europe, il s’agit du principal pays visiteur de CathoFamiLink.

Enfin, plusieurs nouvelles inscriptions aux intentions de prière ont été faites « pour la durée du Carême », ce qui constitue une belle démarche personnelle mais en plus nous rappelle à tous l’importance de ce temps fort d’intériorité et de charité fraternelle pour préparer nos âmes et nos regards à la fulgurante lumière du Christ ressuscité.

Dominique