CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°114 du 25 novembre 2018

publié le 27 nov. 2018 à 00:08 par Newsletter CathoFamiLink
Pour ne plus rire jaune

Chers amis,

La mode est au jaune. Il s'étale dans nos rues, surtout à nos ronds-points d'ailleurs et dans tous les endroits stratégiques de circulation. Il semble que le gouvernement s'en rit. Pourtant, il me semble que ceux qui sont obligés de s'habiller avec le gilet obligatoire, parce que plus rien ne les réchauffe, n'ont pas du tout envie de rire. Ils sont même excédés. Les riches sont de plus en plus riches, paraît-il. Des grandes industries ou groupes collectionnent les milliards dont ne profite au fond qu'une petite minorité. Mais, c'est sûr, promis, juré, bientôt tout le monde pourra en profiter. Comme le dit si bien l'un de mes bons confrères : « le monde est en marche, mais ne sait pas vers quoi ».

Quoi qu'il en soit de notre opinion sur ce mouvement populaire, nous voyons que la société libérale consumériste est fascinée par le progrès sans fin, le toujours plus d'une abondance matérielle qui ne contente jamais les riches, endette les classes moyennes et révolte les plus pauvres qui n'y ont pas accès. Ils ont tous en commun une boulimie névrotique de biens matériels, censés combler tous les désirs et apporter le bonheur. La folie des emplettes de Noël nous le rappelle chaque année.

En fait, le problème n'est pas tellement le désir de ces biens mais plutôt l'erreur commise quant à la nature de ces biens. L'homme, être spirituel et corporel à la fois, a besoin du nécessaire pour subvenir aux besoins de son corps, mais ses besoins plus fondamentaux concernent son âme. Rien ne peut contenter l'homme qui le maintient dans l'assouvissement de ses passions. Seul un bien supérieur peut combler sa soif de bien-être et de paix. Ce bien n'est pas quelque chose ; c'est Dieu Lui-même qui veut se donner à l'homme pour étancher définitivement son désir d'aimer et d'être aimé.

On peut très bien comprendre les revendications des gilets jaunes, et même les partager largement. Elles sont quand même le symptôme d'une société qui n'est plus orientée, finalisée vers l'essentiel. En attendant, alors que commence ce temps de l'Avent, la couleur violette va être notre signe de ralliement. C'est la couleur pénitentielle qui nous aide à prendre conscience de la précarité de notre vie terrestre, qui nous fait souvenir que nous ne sommes que de pauvres êtres de passage ici-bas, qui nous rappelle que nous sommes dans l'attente de la vie éternelle et bienheureuse où tous nos plus nobles désirs seront comblés infiniment. Certes, le violet est moins tendance mais peut-être est-il plus utile à long terme.

Le violet précède toujours le jaune de la joie, celle de Noël, celle de Pâques. Au jour de la résurrection finale, comme au jour de Pâques, nous verrons tout en jaune. C'est une belle nouvelle à annoncer en ces temps d'athéisme matérialiste pratique. Pendant l'Avent, la Vierge Marie nous montre le chemin afin, qu'un jour, plus personne ne rit jaune et que le jaune de la joie pascale soit un trait d'union entre tous les hommes de bonne volonté.

Sainte préparation à Noël !
Comments