CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°18 du 25 novembre 2010

publié le 25 nov. 2010 à 09:55 par Jérôme Moreau   [ mis à jour : 25 nov. 2010 à 10:02 ]

Avent et apprêt

Chers amis,

Il est l’heure de vous souhaiter une bonne année… liturgique. La pédagogie du cycle annuel de la liturgie catholique nous fait passer insensiblement de l’attente recueillie du retour en gloire du Seigneur (eschatologie et Christ-Roi de l’univers) à l’attente émerveillée de la célébration de la venue du Fils de Dieu dans la chair. Celui que nous célébrons dans une attente pleine d’espérance, nous le célébrons dans le mémorial de sa descente admirable parmi nous.

Les enfants vont retrouver leur calendrier d’Avent avec sa surprise quotidienne. Avec vos mots propres, vous saurez sûrement leur dire que la surprise permanente de nos existences, c’est la descente inconditionnelle de la miséricorde divine dans nos âmes. Hélas ! Nous nous habituons à tout, même aux choses les plus extraordinaires. Jésus ne doit pas être ramené au cours du monotone flux des événements et des choses. Et si notre sensibilité y succombe, notre âme profonde du moins, doit-elle toujours être embrasée du désir de Le rencontrer, de conserver Sa présence.

Il me semble que l’un des grands mérites du film sur les moines de Tibhérine, au succès inattendu, est de laisser se dérouler sous nos yeux le travail caché de la grâce qui fait qu’un homme (et moine) ordinaire devient un martyr potentiel (et extraordinaire), offert sans condition au pressoir de la Croix, serein à l’approche de la rencontre de son Seigneur. Dieu prépare le festin des Noces de l’Agneau. Les invités s’apprêtent. Mieux encore, ils se laissent apprêter et revêtir des ornements du salut pour se présenter sans crainte devant le Rédempteur. A ce banquet, le vin ne manque pas, qui fait perler les larmes de la souffrance, mêlées à celles d’une joie plus intense encore et tellement enracinée dans le terreau de la foi, de l’espérance et de la charité, amoureusement entretenu par le céleste Jardinier.

Au menu de l’Avent, servons l’apprêt d’une âme disponible à la grâce. Ne soyons pas comme ces vierges insensées de l’Evangile qui s’endorment au moment crucial. Imitons les vierges sages qui ont su alimenter leurs lampes avec l’huile de la prière, des sacrements, des bonnes œuvres et de tout ce qui conduit dans la voie droite et sûre (cf. Mt 25, 1-13).

« Qui a le temps d’écouter sa parole et de se laisser séduire par son amour ? Qui veille, dans la nuit du doute ou de l'incertitude, avec le cœur éveillé en prière ? Qui attend l'aube du jour nouveau, tenant allumée la flamme de la foi ? La foi en Dieu ouvre à l'homme l'horizon d'une espérance certaine qui ne déçoit pas ; elle indique un fondement solide sur lequel appuyer, sans peur, toute son existence ; elle requiert l'abandon, plein de confiance, entre les mains de l'Amour qui soutient le monde. » (Homélie de Benoît XVI à Fatima, le 13 mai 2010).

« Voici que je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un écoute ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; et je dînerai avec lui et lui avec moi » (Ap. 3, 20). L’apprêt de l’Avent, c’est d’abord Jésus qui nous l’offre. Que notre désir s’ouvre à la mesure de la délicatesse des mets divins. Bon Avent à vous tous !

Abbé Philippe-Marie

PS. Merci de vous être inscrits nombreux en novembre à la prière du premier vendredi du mois pour les vocations sacerdotales. Et si on doublait en décembre… Diffusez largement.

Vie du site

Cette fois-ci, ça y est : les feuilles mortes se ramassent à la pelle, du moins celles que l’on peut encore atteindre et qui, emportées par le vent et trempées par la pluie de ces derniers jours ne sont pas allé se coller n’importe où dans des endroits inaccessibles. Mais arrêtons ici la mélancolie automnale, même (et surtout) si elle semble avoir influencé ces derniers jours l’évolution des chiffres (en fait, les périodes du 1° et du 11 novembre semblent y avoir été pour beaucoup).

Durant les 31 derniers jours (à la date où j’écris), 1360 visiteurs nos ont fait 2160 visites. Je citerai cette fois-ci les 4 villes à partir desquelles nous sont parvenues plus de 100 connexions : Paris 365 (avec un temps moyen de plus de 13 minutes), Nantes 245, Poitiers 140 et Angers 112. Le reste se répartit dans plus de 250 communes. Une mention particulière à l’étranger pour les 8 visites de Mountain View (Californie).

Les pages significatives les plus consultées nous réservent cette fois-ci une surprise, puisque ce sont les intentions de prières qui viennent en tête (647, avec 8 minutes de temps moyen), les dépôts d’intentions restant au nombre habituel d’environ un par jour.

Vient ensuite très naturellement la chaîne Christelle (447), dernière en date. Suivent grosso modo les chaînes les plus récentes. Le coup de cœur du 1° vendredi du mois a suscité un intérêt certain avec le chiffre de 331.

Beaucoup d’entre nous (et j’en fais partie) sont très sensibles à la rubrique actions de grâce. Trois nouvelles nous sont envoyées. Toujours aussi touchantes… et encourageantes pour tous les priants. Cette page n’a reçu que 174 visites, mais d’une durée moyenne de près de 13 minutes. Nous partageons les peines, mais aussi les joies.

Nous gérons actuellement 10 chaînes de prières « classiques » auxquelles sont inscrits 457 priants. S’y ajoutent les 2 chaînes (Louis-Guillaume et Anne-France) matérialisées par des engagements spécifiques, et la chaîne du 1° vendredi du mois sur les vocations. Pour ces trois dernières je n’ai pas les chiffres, mais il est certain la prière pour les vocations a reçu plus d’inscriptions qu’en octobre.

Remarque pratique : Nous recevons des messages nous demandant où sont organisées ces prières du 1° vendredi. Il n’y a pas d’autres lieux que le site de CathoFamiLink et le cœur de chacun. Aucune réunion n’est, par exemple, organisée dans une église. Mais si certains veulent prendre une initiative, qu’ils n’hésitent pas à nous en parler.

J’ai redécouvert ces jours derniers le sanctuaire de Sainte Anne d’Auray et me suis intéressé à la vie d’Yves Nicolazic qui d’ailleurs m’attirait plus par ses talents de réconciliateur que de voyant. J’ai été saisi par la « ténacité », liée à une grande douceur, dont a fait preuve la grand-mère de Jésus à travers les visions et les signes qu’elle a donnés. Ce devait être une femme de caractère ! Nous avons tous à CathoFamiLink une grande dévotion pour la Vierge Marie et un attachement tout particulier à Lourdes, mais n’oublions pas Sainte Anne, sa merveilleuse mère, qui avec tant de force et d’affection nous veut tant de bien.

Dominique