CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°63 du 25 août 2014

publié le 25 août 2014 à 22:24 par Jérôme Moreau
Douce nostalgie

Chers amis de CathoFamiLink,

« Les sanglots longs

Des violons

De l'automne

Blessent mon cœur 

D'une langueur
Monotone.



Tout suffocant

Et blême, quand

Sonne l'heure,

Je me souviens

Des jours anciens

Et je pleure.



Et je m'en vais

Au vent mauvais

Qui m'emporte

Deçà, delà,

Pareil à la

Feuille morte ».

Ce poème de Verlaine, que le débarquement de 44 en Normandie a rendu célèbre, peut exprimer les sentiments qui s'installent à la fin des vacances, nostalgie des bons moments passés à se détendre et se changer les idées. La perspective de la rentrée nous renvoie au labeur quotidien, aux rythmes soutenus, aux changements qui inquiètent. Mais il ne serait pas bon de se laisser porter par le vent mauvais comme les feuilles mortes. D'ailleurs se prendre pour des feuilles mortes est le propre de ceux qui se croient dans le vent.
Au contraire, un autre vent doit nous transporter, le souffle puissant de l'Esprit qui fait toutes choses nouvelles et nous donne la force de prendre en main notre vie pour qu'en sorte le bon, le beau et le vrai. Et même si se dressent parfois devant nous des murailles qui semblent infranchissables, confions-nous à Dieu et à sa miséricorde. Il en vient toujours du bien pour nous et les autres. Nous ne pouvons pas souvent accomplir tout le bien possible mais nous pouvons toujours faire le bien à notre portée.
Que le Seigneur vous bénisse dans vos nouvelles entreprises de rentrée, vous, tout spécialement les familles, en cette période intense. Personne ne vous demande l'impossible mais il est si doux de savoir que, par vous et malgré les difficultés et les échecs, la culture de vie ne capitule pas devant la culture de mort.
La nostalgie a du bon si elle nous fait prendre conscience qu'il est des valeurs essentielles auxquelles conduisent nos labeurs quotidiens, que le paradis est l'ultime villégiature dont les douceurs d'ici bas ne sont qu'un pâle reflet. 

Sursum corda !.. et que Marie et Joseph vous guide sur votre chemin d'espérance !

abbé Philippe-Marie


Vie du site
Chaque année, le pèlerinage à Lourdes apporte son lot de nouveautés. Certes les boutiques d'articles religieux qui se pressent dans la ville sont toujours les mêmes ou presque, et le bon goût des objets en vente n'est pas toujours au rendez-vous, mais on finit par ne plus les voir en pressant les pas vers le sanctuaire. Je suis un peu sévère, car en cherchant un peu on trouve tel ou tel magasin d'art monastique ou d'objets liturgiques qui valent largement la peine qu'on en pousse la porte.

Dans les nouveautés, je ne parle pas non plus du pont provisoire placé dans l'axe de l'Accueil Notre Dame et qui facilite bien la vie tant des malades que des hospitaliers.

Je veux seulement faire allusion aux grâces obtenues par Notre Dame et qui transparaissent entre autres dans les thèmes inspirés au Pèlerinage National, cette année: la joie de la conversion, si bien dans l'axe de la spiritualité du Saint Père. Thème riche de tant de facettes! L'une d'elles est la "conversion" du regard qu'il faut poser sur les malades, ce dernier mot étant ici à prendre dans un sens très large. Dans le service où je travaille autour du 15 août, nous avons eu la chance de recevoir le témoignage d'une handicapée (enseignante, durant l'année scolaire) qui nous a très simplement dit le regard que les gens dans sa situation attendent que l'on porte sur eux. Cela pourrait se résumer en "juste compassion" (ni angélisme, ni pitié) et en primauté de la "personne": Les handicapés ne se considèrent pas comme des malades ni les malades comme des handicapés (du moins ordinairement et même s'il existe des cas limites difficiles à départager), mais tous ont besoin d'être reconnus comme des personnes. Des personnes malades, des personnes handicapées, mais avant tout des personnes. C'est bien naturel puisque c'est ainsi que Dieu les aime!

C'est une conversion permanente du regard que nous nous efforçons de pratiquer à CathoFamiLink, notre site spirituellement branché en direct sur la Vierge de Lourdes.

Mais je n'ai pas encore cité mes chiffres habituels du site. A peine plus de 1000 visites pour les 31 derniers jours à la date où j'écris, avec un encéphalogramme presque plat pour le mois d'août, période de vacances où nos amis se connectent très peu. Les pages les plus visitées furent assez naturellement celles des deux dernières chaînes de prière (pour Véronique et pour Marie) avec respectivement 362 et 239 consultations, suivies des intentions de prière (195) et des actions de grâce (121) pour lesquelles, vous le savez, j'ai une tendresse particulière.

Les nouvelles actions de grâce furent au nombre de 4. Quant aux chaînes de prière, nous en avons 31 réunissant le chiffre (symbolique?) de 777 priants.

Nous avons reçu 32 intentions de prière et je trouve l'une d'entre elles particulièrement touchante. Elle commence par: "Seigneur, je dépose mon fardeau à tes pieds!" Comment mieux exprimer sa confiance? Cela me rappelle un poème écrit il y a peu d'années et faisant allusion au chant d'entrée de la messe. En voici les premières strophes. En les transcrivant ici je pense bien sûr spécialement à l'auteur de cette intention de prière:

En entrant, je dépose aux portes de l’église
Mon sac plein de soucis, mon fardeau trop pesant,
L’univers agité, tourbillon malfaisant
Où mon âme en sa lutte épuisante s’enlise.

Je les retrouverai –ce n’est que trop certain–
En sortant tout à l’heure, à la fin de la messe,
L’esprit revigoré par Dieu, par Sa promesse,
Et le cœur allégé dans un nouveau matin

Car Dieu va Se livrer, au cours de cet office,
A moi, par Sa Parole et Son Corps et Son Sang,
Et moi, pauvre pécheur, je deviendrai puissant
Temple de Jésus-Christ et nouvel édifice.

Dominique


Comments