CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°72 du 25 mai 2015

publié le 2 juin 2015 à 02:23 par Benoit FLAMA
Urgence miséricorde

Chers Amis,

j'ai un peu l'impression de radoter en ouvrant cette nouvelle newsletter sur un sujet que j'ai déjà abordé plusieurs fois. Pourtant l'actualité me pousse en ce sens et le mois du Sacré-Cœur m'invite à rabâcher... mais, promis, pas comme les païens (Mt 6, 7). Notre Pape François a publié une Bulle d'Indiction, Misericordiae Vultus, le 11 avril dernier, pour annoncer le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde du 8 décembre prochain au 20 novembre 2016. «  Du cœur de la Trinité, dit-il, du plus profond du mystère de Dieu, jaillit et coule sans cesse le grand fleuve de la miséricorde. Cette source ne sera jamais épuisée pour tous ceux qui s’en approcheront. Chaque fois qu’on en aura besoin, on pourra y accéder, parce que la miséricorde de Dieu est sans fin. Autant la profondeur du mystère renfermé est insondable, autant la richesse qui en découle est inépuisable » (MV, 25).

Mystère insondable et richesse inépuisable : je n'ai pas fini de vous rebattre les oreilles avec ce thème ! En fait, le Pape François continue l’œuvre de ses prédécesseurs. Selon les mots mêmes de Jean-Paul II, l’enseignement sur la Miséricorde a été le fil rouge de tout son enseignement : « Dives in Misericordia - riche en Miséricorde - c’est en un certain sens l’Encyclique-programme de mon ministère au Siège de Saint-Pierre » (Homélie à la paroisse romaine des Sacrés-Cœurs de Jésus et Marie à Tor Fiorenza, 17 mars 1985). Avec le recul, son successeur reprendra cette analyse : « Le mystère de l’amour miséricordieux de Dieu est placé au centre du Pontificat de mon vénéré prédécesseur. (...) Les paroles qu’il prononça [lors de la consécration du sanctuaire de Lagiewniki] ont été comme une synthèse de son Magistère » (Benoît XVI, Regina Cœli du 23 avril 2006, dimanche de la Miséricorde). La providence a voulu qu'un certain Karol Wojtyła monte sur le trône de Saint Pierre pour diffuser dans le monde entier le message de compassion divine transmis à sainte Faustine Kowalska, religieuse à Cracovie, diocèse dont l'illustre Pape avait été prêtre puis évêque.

S'il y a urgence, c'est sûrement que notre monde dérive vers une inflation de lois, de pesanteur juridique, d'overdose légale (et je ne pense pas qu'aux salles de shoot !), qui démontrent comment les hommes ne sont plus capables de vivre ensemble sans s'entourer de murailles juridiques, impuissants à résoudre les conflits autrement que par le biais des juges, à se protéger du prochain dont ils doivent a priori se prémunir de la nuisance possible. Nous vivons une sorte de pharisaïsme de la société laïque et sans Dieu qui démontre que ce n'est plus l'amour qui régit les relations entre personnes mais l'égoïsme, individuel ou de caste. Assurons-nous, rassurons-nous.. des fois que mon prochain serait méchant ! 

Trop de lois tue la loi. Et le Saint-Père le dit très bien : « Si Dieu s’arrêtait à la justice, il cesserait d’être Dieu ; il serait comme tous les hommes qui invoquent le respect de la loi. La justice seule ne suffit pas et l’expérience montre que faire uniquement appel à elle risque de l’anéantir. C’est ainsi que Dieu va au-delà de la justice avec la miséricorde et le pardon. Cela ne signifie pas dévaluer la justice ou la rendre superflue, au contraire. Qui se trompe devra purger sa peine, mais ce n’est pas là le dernier mot, mais le début de la conversion, en faisant l’expérience de la tendresse du pardon. Dieu ne refuse pas la justice. Il l’intègre et la dépasse dans un événement plus grand dans lequel on fait l’expérience de l’amour, fondement d’une vraie justice » (MV 21). 

Saint Paul n'a cessé de le clamer à temps et à contre-temps : ce n'est pas la loi qui sauve, mais la foi ! Et tant que les hommes ne se reconnaîtront pas fils d'un même Père céleste, la vraie justice et la paix qui l'accompagne n'adviendront pas. Quand chacun prendra un tant soit peu la mesure de l'Amour sans condition de Dieu pour lui, tout ira mieux. Supposons que quelqu'un veuille donner sa vie pour son frère qu'il aime ; ce n'est pas si simple mais pourquoi pas. Mais pour son ennemi, qui voudra donner sa vie ?... Le Christ est mort pour nous, pécheurs ! Et en tant que nous sommes pécheurs, nous nous posons en ennemis de Dieu. C'est du saint Paul, raconté à ma façon, mais regardez en Rm 5, 6-7. La miséricorde ne fait pas fi de la loi mais elle la dépasse par le haut.

Le Cœur ouvert de Jésus sur la Croix est une plaie béante et ouverte qui ne se referme pas. Elle continue de déverser sur un monde indifférent les torrents du pardon et de l'Amour divin. Notre pape François perçoit sans doute prophétiquement que le monde a un besoin urgent de miséricorde car plus personne n'arrive à endiguer la machine infernale qui enserre l'humanité dans un étau juridique sans âme. Aux urgences d'un monde en détresse d'amour, l’Église Catholique – hôpital de campagne (Pape François) - est aux premières loges pour proposer les soins vitaux de première nécessité. Que ce jubilé répande en surabondance le baume apaisant de la miséricorde divine pour qu'elle guérisse les âmes et se répande entre les hommes. 

Ainsi sera entendue la supplication de Jésus à sainte Faustine :
« L’humanité ne trouvera pas la paix tant qu’elle ne se tournera pas avec confiance vers Ma miséricorde. Oh ! Comme l’incrédulité de l’âme Me blesse. Cette âme confesse que Je suis Saint et juste, et ne croit pas que Je suis la Miséricorde ! Mais elle se méfie de Mon amour. Les démons aussi croient en Ma justice, mais ne croient pas en Ma bonté. Mon cœur se réjouit de ce titre de Miséricordieux. Proclame que la Miséricorde est le plus grand attribut de Dieu. Toutes les œuvres de mes mains sont couronnées de Miséricorde » (Petit Journal, 300). 

abbé Philippe-Marie

Vie du site

Nous avons reçu 229 réponses au sondage lancé en avril, dont 84 commentaires. Compte tenu de notre lectorat, ces chiffres sont importants, ce qui montre votre intérêt pour le site CathoFamiLink. Beaucoup de remarques sont très positives, ce qui nous encourage; d'autres le sont moins, ce qui nous met en évidence les points à améliorer et corriger. Nous avons reçu nombre de réflexions à caractère pratique, ce qui nous est précieux. Je n'en dis pas plus pour le moment car il nous faut maintenant le temps de tout analyser et d'en tirer les conclusions. Dès à présent, merci à tous ceux qui ont pris le temps de répondre.

Nous avons compté 1300 sessions en un mois. Les pays hors d'Europe n'en sont pas absents, avec par exemple 92 pour les USA et 22 pour le Cameroun.

Actuellement, le site s'occupe de 32 chaînes de prières réunissant presque 1000 priants. Sur les 7 pages les plus consultées, nous trouvons les 5 chaînes les plus récentes, les pages des intentions de prières et des actions de grâce intervenant respectivement en 4° et 7° position. Quelques remarques:

Sur les 61 intentions de prière reçues ces 30 derniers jours, nous avons été amené à en écarter 10, ce qui est beaucoup. Mais nous avons fixé des règles de recevabilité clairement exprimées dans la rubrique, et nous nous devons de les suivre, d'autant plus que certains d'entre vous ont mis l'accent sur cette nécessité.

Parmi les 5 actions de grâce, une a attiré particulièrement mon attention: "Merci Jésus d'exister". Cette phrase possède un merveilleux double sens: "Merci, Jésus, de m'avoir créé" et "Merci, Jésus, d'être le Dieu qui m'aime". Si le premier sens est celui qui a été explicitement voulu, l'autre y figure de fait en filigrane. Et c'est beau!

Puisque – j'espère – la divine Providence est présente dans les remarques et commentaires qui nous sont adressées à la suite du sondage, je conclue par quelques vers sur cette manifestation de notre Père des Cieux

La Providence apporte avec sens et raison
Quand il le faut le bois de charpente et la pierre;
Sa force est généreuse et son aide est entière
Mais elle n'est pas là pour bâtir la maison.

C'est à nous d'avancer sur la route aplanie
Où le joug reste aimable et le fardeau léger,
Dociles dans la main prête à nous protéger
De la faiblesse humaine et de sa tyrannie.

O Seigneur qu'il est bon de se laisser guider,
L'esprit fidèle et clair, le cœur en confiance,
L'esprit vif et joyeux, le cœur en patience,
Vers l'avenir enfin, par elle, élucidé!


Comments