CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°73 du 25 juin 2015

publié le 30 juin 2015 à 12:46 par Benoit FLAMA
« Un membre souffre-t-il ? Tous les membres souffrent avec lui » (1Co 12, 26)

L'actualité nous assène sans cesse, jusqu'à la nausée, les malheurs du Proche-Orient ensanglanté. Comme le ressac lancinant d'une eau qui vient battre la grève, les nouvelles ressassées finissent par nous abandonner dans un certain état d'indifférence polie, de vague compassion qui ne blesse plus notre chair repue. Silence, on souffre ! Mais là-bas, si loin !... Et pourtant c'est notre chair qui souffre, notre corps qui est meurtri, notre fraternité qui est touchée. Des cohortes de martyrs avancent vers leur inévitable destin dans l'indifférence à peine gênée des bavardages médiatiques de nos (dés)informateurs qui - l'honneur est sauf - demeurent vigoureusement laïcs et républicains. Qui a parlé, à part le Saint-Père, de ce petit enfant débusqué dans une classe par les fous d'Allah de l’État Islamique, seul chrétien au milieu de camarades musulmans, sommé de renier sa foi ? Devant son refus, il est emmené sur la cour et brûlé vif devant ses camarades. En notre XXI° siècle, nous connaissons de nouveaux Tarcisius, Agnès, Blandine, authentiques témoins de la foi jusqu'au sang. La monstruosité des bourreaux met à jour des âmes zélées et fidèles, la sainteté d'un choix radical du Seigneur Jésus. Et combien de nos frères préfèrent tout perdre pour ne pas perdre le Christ, leur trésor ! Par milliers, par centaines de milliers, nos frères chrétiens d'Orient refusent une conversion facile qui leur assurerait la conservation de leurs biens et la tranquillité.

Ce monde chrétien du Proche-Orient nous est trop peu connu. Il se compose d'une mosaïque d’Églises aux traditions et cultures multi-séculaires, enracinées dans la Tradition apostolique et partageant avec nous les mêmes fondamentaux de la foi. Dans chacune de ces traditions, une partie plus ou moins importante partage avec nous l'intégralité de la foi et de la communion avec le Saint-Père, constituant autant d’Églises Catholiques orientales. Coptes, arméniens, chaldéens, éthiopiens, syriaques, byzantins (ou gréco-catholiques), en passant par les maronites du Liban, nous célébrons une même Eucharistie exprimée dans vingt-trois rites différents, et pourtant semblables pour l'essentiel. Mais voilà, les secousses politiques, souvent violentes, entre tribus, entre courants de l'islam, entre pays musulmans ou avec Israël, les difficultés à vivre en pays musulman, broient peu à peu les minorités chrétiennes toujours plus tentées par l'émigration. Bethléem qui était une ville entièrement chrétienne il y a cinquante ans, est devenue une ville majoritairement musulmane. En partant vers les pays de culture occidentale, les chrétiens d'Orient, isolés, se dissolvent souvent dans la masse. Toute la richesse de leurs cultures et de leurs Églises est menacée par cet exil. La diaspora disperse les forces. Le petit village de Taybeh au nord de Jérusalem, seul de la Palestine encore entièrement chrétien, comprend 1500 habitants. Dans le monde entier, vivent plus de 6000 personnes originaires du village. Le petit nombre des chrétiens n'est pas proportionnel à leur influence considérable, partout au Proche-Orient, grâce aux nombreuses écoles, aux services de santé et tant d'autres traits de leur inventivité et de leur génie. Ils sont un pont entre juifs et musulmans, entre factions musulmanes shiites et sunnites, entre communautés, comme un trait-d'union, le lien qui empêche toute cette région d'exploser totalement.

Autant dire que notre sort est lié au leur. Si les chrétiens disparaissent du Proche-Orient, c'est un facteur de paix vital pour le monde qui disparaîtra avec eux. Si nous sommes indifférents aujourd'hui, nous serons concernés par le même sort qu'eux demain. La paix se construit au Moyen-Orient, et spécialement à Jérusalem qui en est le cœur et l'âme.

Alors que nous entrons dans une période estivale de repos et de détente, n'oublions pas nos frères qui souffrent. Découvrons leurs richesses. Prions pour eux. Aidons-les en partageant un peu de nos biens. Supplions le Ciel pour nos frères, membres d'un même corps, celui du Christ offert en pâture aux loups voraces de l'idéologie et de l'argent qui transcendent les frontières.

Que Notre-Dame soit toujours l’Étoile qui brille au firmament, espérance de ceux qui ne peuvent plus rien attendre des hommes, Secours des chrétiens dans la détresse, « pour qu'au milieu des changements de ce monde, nos cœurs s'établissent fermement là où se trouvent les vraies joies » !

       Abbé Philippe-Marie

Vie du site

Notre récent sondage nous a permis de conforter notre approche générale, mais aussi nous amène à infléchir ou revoir certains points de notre action. Parmi ces points, figure l'utilité de la rubrique "Vie du site" de notre newsletter. Aucune remarque n'a été faite sur ce sujet précis dans les commentaires du sondage. Je vous serais reconnaissant d'utiliser le lien ci-dessous avec notre rubrique "contact" pour me donner votre avis.

Je tiens par avance à vous en remercier.
Comments