CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°74 du 25 juillet 2015

publié le 26 juil. 2015 à 23:30 par Jérôme Moreau   [ mis à jour : 31 août 2015 à 12:01 ]
« Servir et sauver son prochain »

Le soir tombe sur la rade de Brest. Vers le sud, la lumière du soleil couchant effleure l'onde avant d'embraser d'une teinte mordorée les falaises de la presqu’île de Crozon. Une brise légère évoque la présence divine en se glissant dans les plis des foulards et des chemises des scouts rassemblés au carré. Les torches prennent progressivement le relais de la lumière naturelle et ajoutent une note solennelle à l'événement. Au pied du promontoire de roc et de verdure, les flots se jettent et chantent la mélodie de la création où l'homme se reconnaît soudain tout petit. Les frimousses des jeunes scouts prennent un air grave quand, les uns après les autres, ils prononcent les mots de l'engagement, le texte de la promesse : « Sur mon honneur, avec la grâce de Dieu, je m'engage à servir de mon mieux, Dieu, l’Église et ma patrie, à aider mon prochain en toutes circonstances, à observer la loi scoute ».

Ces jeunes adolescents, entourés par leurs aînés, revêtent les traits de leur âge. Du petit maigrichon fragile qui tarde à sortir de l'enfance, au grand gaillard gauche dont la psychologie peine à rattraper la taille, chacun a déjà entrepris vaillamment l'aventure scoute. La pédagogie de Lord Baden-Powell n'a pas pris une ride et continue de façonner une belle jeunesse à l'école de la nature, du sens du réel, de la vie en communauté et de la foi en Dieu. Ce sont les mêmes garçons que ceux de leur âge. Mais plutôt que de passer des vacances en farniente et loisirs divers, ils ont choisi de mener la vie rude du camp où rien n'est facile, rien n'est donné tout fait, où l'on doit s'adapter à l'environnement en l'accueillant et en le découvrant. École du caractère et de la débrouillardise, le scoutisme puise, dans le sens du réel, les piliers de la construction de la personne humaine dans le respect de Dieu, du prochain et de la création.

La joie se lit sur les visages quand la troupe se dirige finalement vers un bivouac improvisé à la belle étoile, autour d'une minuscule cabane de douaniers. La nuit sera perturbée par une bonne averse. Mais peu importe ! Les vraies personnalités se forgent dans l'adversité. Le dépassement des difficultés trempe les caractères et enseigne la loi vivante de l’Évangile où la Croix précède toujours la résurrection. Ils s'en souviendront, ces jeunes, de ce noble serment énoncé sur le drapeau de leur mouvement, le regard planté dans celui de leur chef, frère aîné qui les guide vers l'autonomie des adultes. Sans doute ne seront-ils pas parfaitement fidèles, toujours attentifs, pleinement respectueux. Mais ils trouveront dans ce pacte de leur jeunesse des motifs de progrès et de maturation, capables de marquer durablement leur sens de Dieu et du prochain.

Un belle jeunesse se dessine dans les pousses montantes et déterminées qui désirent prendre à bras-le-corps la puissance du réel et la force intrinsèque de la vérité, pour cheminer vers la rencontre de Celui qui est l'origine aimante de tout être et la fin lumineuse de tout homme. L’Évangile se déploie merveilleusement dans la pédagogie du scoutisme, sous le regard aimant de Marie, Étoile de nos cœurs. Une génération continue à se lever, prête à reprendre le flambeau de ses aînés. « Quel avantage matériel en attends-tu ? », interroge le chef. « Aucun ! ». « Combien de temps es-tu prêt à servir ? », ajoute-t-il. « S'il plaît à Dieu, toujours ! ».

Qu'il en soit ainsi pour chacun d'entre nous ! Bonnes vacances au contact de la nature et de son Créateur !

Abbé Philippe-Marie


Comments