CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°75 du 25 août 2015

publié le 31 août 2015 à 11:44 par Jérôme Moreau   [ mis à jour : 31 août 2015 à 12:00 ]
« Ils se réjouissent d'être conduits au port qu'ils désiraient » (Ps 106, 30)

Dans ce frais matin de juin, le magnifique voilier glisse avec majesté dans le chenal d'accès au port des Sables-d'Olonne. Quelques badauds nous saluent de la main alors que nous partons vers le large. On se prend à rêver aux skippers au long cours revenant triomphalement d'un tour du monde et acclamés depuis ces rives par des dizaines de milliers de personnes enthousiastes. C'est un singulier et improbable équipage que le nôtre : un skipper chevronné propriétaire du bateau, deux sœurs quinquagénaires sympathiques, une jeune grand-mère avec sa fille et deux petits-enfants, un jeune religieux dynamique, la secrétaire et la trésorière de l'association qui nous rassemble... et un prêtre ! L'appel du large est double : celui de l'océan terrible et fascinant et celui du Christ : « Avance en eau profonde ! » (Lc 5, 4).

Les éléments sont propices à la méditation. L'homme tente de les dominer mais leur puissance se rappelle toujours à lui. Les eaux indomptables ne peuvent qu'être caressées par la frêle embarcation si ridiculement petite en regard de l'immensité. Le seul maître des flots et des vents, c'est le Créateur. L'âme se perçoit soudain dans sa fragilité, enivrée de beauté et délestée de presque toute sécurité. « Certains embarqués sur des navires... ont vu les œuvres du Seigneur et ses merveilles parmi les océans... portés jusqu'au ciel, retombant aux abîmes, ils étaient malades à rendre l'âme... leur sagesse était engloutie » (Ps 106, 23-24.26.27b). Le mal de mer oublié, la prière prend des connotations de Lac de Tibériade quand Jésus traverse avec ses disciples, à l'écart de la foule, dans un cœur à cœur d'enseignement, de silence et de prière. Notre cocon spirituel, replié sur ses habitudes, s'ouvre au grand air du large pour accueillir le « souffle divin qui renouvelle sans cesse la face de la terre » (Ps 103, 30).

Initiés au maniement délicat du voilier, heureux d'avoir pu le barrer un moment, nos retraitants d'un jour ont mieux saisis comment laisser le souffle de Dieu gonfler la voile de leur âme, comment mieux tirer profit de leurs capacités spirituelles en se positionnant sous le vent, comment lâcher prise en s'abandonnant aux fluctuations des éléments, comment tenir le gouvernail quand des vagues de travers menacent de faire dévier du cap. Ces retraites Mer et Prière (d'autres associations de ce type existent), d'un jour ou d'une semaine, allient la vie fraternelle et la prière, l'exercice sportif et l'initiation à la navigation, l'immersion dans la splendeur de la création et la plongée intérieure dans l'âme. L'arrivée au port est la joie du marin. « Ave Maria, Maris Stella » : Etoile de la Mer, notre guide, conduisez-nous toujours vers Jésus, au-delà de l'océan de cette vie, aux rives lointaines qui bordent le pays de l'éternelle félicité !

Abbé Philippe-Marie


Comments