CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°90 du 25 novembre 2016

publié le 28 nov. 2016 à 22:26 par Jérôme Moreau
Grisouille spirituelle

C'est un soir d'automne. Le vent souffle avec une ardeur lancinante. C'est un vent méchant, de ces tempêtes qui annoncent l'hiver et vous saoulent d'un halètement incessant, arrosent abondamment les sols déjà gorgés d'eau et lavent votre cerveau de toute pensée positive par la même occasion. Le temps favorise parfois la mélancolie et rappelle brutalement que la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Les skippers du Vendée Globe rêveraient sûrement d'une mer toujours calme et d'un alizé porteur parfaitement orienté pour assurer une glisse optimale tout en conservant un relatif confort à leur coquille de noix perdue dans l'infini de l'océan. Entre le pot au noir et ses instants vierges de toute brise et les flots tumultueux du cap Horn, ils doivent s'ajuster en permanence aux éléments pour mener leur barque à bon port.

Nous connaissons des moments d'adrénaline où nos vies sont propulsées par la grâce et les événements. Il nous semble que nous pourrions alors franchir tous les caps jusqu'au bout du monde. Des phases plus calmes autorisent un vrai retour sur soi pour mieux peser les tenants et aboutissants de nos chemins d'homme, et ressourcer nos âmes. Dans un milieu indéfinissable se déploient des périodes incertaines de grisouille spirituelle où l'on ne sait plus très bien où on en est. A l'évidence, je ne suis pas le saint que je rêverais d'être et d'un autre côté il m'apparaît impossible de le devenir. Dans ce marais, embourbée dans ses pensées, affairée de choses mondaines futiles sans rien faire, l'âme se morfond et cherche comment échapper à la monotonie d'une vie sans relief.

L'horloge qui tourne me rapproche à chaque instant du moment redouté et espéré à la fois du jugement particulier. Tout viendra à la lumière. Qu'aurai-je à présenter au Seigneur ? Il ne me demandera sans doute pas des exploits extraordinaires, simplement d'avoir persévéré dans les humbles tâches du quotidien, selon la voie qui fut la mienne dans le cours de ce pèlerinage terrestre. Jésus n'a-t-Il pas dit : « Celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé » (Mt 24, 13) ?

Le temps de l'Avent qui approche va de nouveau creuser le désir intérieur. C'est à la mesure de ce désir que les temps de grisouille peuvent être dépassés. Ils sont justement l'occasion donnée par le Seigneur pour replonger à la source et ne pas se laisser porter par les sentiments d'exaltation, trop volages pour être pris au sérieux. Dans ce combat de la persévérance au milieu des choses ordinaires, la fidélité est éprouvée pour enraciner la communion avec le Seigneur dans la vraie charité, et non pas le ressenti. « Veillez et priez ! ».

Avec la Vierge de Nazareth, dans l'humilité des tâches du quotidien et le silence des âmes contemplatives, attendons sans inquiétude le Christ qui vient, déjà présent en nos âmes !

Abbé Philippe-Marie



Inscrivez-vous à la Newsletter

L'équipe CathoFamiLink

Comments