CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°96 du 25 mai 2017

publié le 29 mai 2017 à 22:22 par Jérôme Moreau   [ mis à jour : 29 mai 2017 à 22:29 ]
Un racisme éthique ?

Chers amis de CathoFamiLink,

Revenons un instant sur un fait divers. Une charmante jeune fille, répondant au nom de Mélanie, nourrissait un rêve : présenter la météo de 20h00 sur France 2. Son désir était tellement fort qu'il finit, je ne sais comment, par déborder sur les réseaux sociaux. Ce fut l'engouement et la direction de France 2, émue sans doute par la chose, accepta avec bienveillance. Le grand jour fut fixé au 14 mars dernier et la France entière vit apparaître, étonnée, Mélanie Ségard à côté de la présentatrice habituelle qui, il faut bien le dire, fit preuve d'une grande délicatesse. Rien que de banal, me direz-vous, sauf que j'ai oublié de vous dire que ladite jeune fille est trisomique. Dans une interview suivant sa prestation, elle ne manqua pas d'ailleurs de remercier tous ceux qui l'avaient aidée pour réaliser son rêve.

Ce n'est pas tant le fait divers, que je trouve fort sympathique et bienvenu, qui m'interroge mais les commentaires qui ont suivi. Parmi quelques perles, je vous livre celle-ci : « Merci, vous nous avez prouvé que la société est prête à accueillir toutes les différences »... ??? C'est dit, la société s'est rassurée sur sa capacité à ne pas exclure, à s'ouvrir à la différence, à ne pas rejeter les plus petits, à donner sa place à chacun, à être attentive à l'autre... et patati, et patata ! Sauf que l'on se rassure à bon compte.

Mélanie passe à une heure de grande écoute sur une chaîne nationale française. Parmi vous qui me lisez, combien ont-ils croisé une personne trisomique dans la rue ou un endroit public depuis un an ? Probablement très peu, et pour cause, un eugénisme sournois et silencieux, et donc bien propre sur lui, les élimine systématiquement (à 96%) dans le sein de leur mère. C'est ce que la Fondation Lejeune appelle le ''racisme chromosomique'', qui va encore s'aggraver par l'arrivée sur le marché d'un test sanguin de la trisomie pour les femmes enceintes.

Ajoutons à cela que 146 scientifiques viennent de lancer une pétition pour que soit supprimée la qualification d'utilité publique de la Fondation Jérôme Lejeune, ce qui la priverait substantiellement des dons nécessaires à sa mission et la condamnerait pratiquement à mort. Cette mission comporte trois axes : chercher – soigner – défendre. Sur le premier, ses adversaires tolèrent que l'on puisse s'obstiner à découvrir des solutions de guérison, même d'amélioration des patients trisomiques, d'autant que certaines recherches profitent à d'autres maladies, telle celle d'Alzheimer. Et de fait, des résultats plus qu'encourageants pointent leur nez. Sur le deuxième axe, ils n'osent pas passer pour des sans-cœur. Le problème majeur, c'est le troisième axe car la Fondation recourt régulièrement à la justice contre l'Agence de biomédecine qui autorise des recherches sur l'embryon. Voilà ce qu'il fallait dénoncer : les contempteurs du progrès, les moralisateurs insupportables, les ennemis de la science.

Ils n'ont pas vu, ou peut-être l'ont-ils trop bien vu, que la Fondation Lejeune s'efforce d'être cohérente. Chercher pour guérir ses patients, qui viennent à elle par milliers de toute l'Europe, c'est aussi défendre leur droit à la vie. On ne guérit pas une maladie en supprimant les malades. Si j'étais un journaliste des médias bien-comme-il-faut, je pourrais même ajouter que « ça nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire » ! Ah, pardon ! Mauvaise pioche, parce que la citation ne fonctionne pas dans ce contexte...

Je préfère laisser la parole à un collectif de 21 parents d'enfants trisomiques qui lancent un appel (à relayer : www.appeldes21.fr) : « Les personnes porteuses de trisomie 21 n'appartiennent pas à une race à part pour l'éternité, ce sont des malades, il n'y a pas de maladie que l'intelligence humaine ne puisse vaincre, un jour... Aucun de ces 146 signataires n'a de solution alternative à nous proposer, aucun de ces dignes mandarins reclus dans leur laboratoire ne prendra nos enfants sur ses genoux. Aucun d'eux ne devrait se glorifier de cette exigence faustienne de chercher sans limite. Messieurs les savants, acceptez la contradiction éthique et l'arbitrage du juge et surtout, ne réglez pas vos comptes sur le dos de nos enfants. Ils attendent de vous l'espoir d'une guérison, pas un surcroît de malheur ».

Il est vrai que tous n'ont pas la grandeur d'âme d'un Jérôme Lejeune. C'est son combat qui continue, pour la dignité de chacun, et spécialement des plus fragiles.

Que la Vierge Marie nous y aide car nous ne pouvons pas renoncer, de crainte que notre humanité sombre dans l'illusion de la toute-puissance et la folie destructrice qui en découlerait irrémédiablement !

Abbé Philippe-Marie



Inscrivez-vous à la Newsletter

L'équipe CathoFamiLink