CathoFamiLink‎ > ‎Newsletters‎ > ‎

Newsletter n°99 du 25 août 2017

publié le 29 août 2017 à 22:25 par Jérôme Moreau
"Saint nom est Jean" (Lc 1, 63)

Au milieu des vacances, il se trouve toujours des nouvelles qui viennent bouleverser le monde alors que les uns et les autres se font bronzer sur la plage ou crapahutent dans nos magnifiques massifs montagneux. Je ne parle pas des lois impopulaires passées en douce à l'Assemblée Nationale, ni de la feuille d'impôts qui attend votre retour dans la boîte aux lettres, ni des pyromanes criminels qui ravagent nos belles forêts du sud. Non, il s'agit de choses vraiment importantes : le transfert de Neymar au PSG ! Juste 222 millions d'euros, en fait plus de 700 en comptant tout ! Comme c'est beau le foot où l'on achète les lutteurs de l'arène comme jadis le laniste faisait son marché chez le marchand d'esclaves en découvrant la brute de combat qui allait lui rapporter un maximum d'argent en survivant le plus longtemps possible dans l'arène. Il est vrai que pour le gladiateur, on regardait plutôt les dents que le mollet afin d'estimer l'état de santé. Les temps ont changé, en beaucoup plus moral ! D'abord il n'y a plus de morts (ou très rarement, par accident) dans l'arène, mais plutôt parmi les spectateurs des tribunes en notre époque moderne. Il est donc plus dangereux d'être supporter d'un club que joueur.

Pour le reste, rien n'a changé car certains gagnent toujours beaucoup d'argent autour de leurs champions. Les champions sont internationaux, comme du temps des gladiateurs. En revanche, les profiteurs le sont également. C'est curieux comme ils continuent de faire leur profit sur le dos des petites gens qui, dans toute leur vie, ne gagneront même pas en centimes ce que leurs ''idoles'' gagnent en euros chaque mois. Et même, certains emprunteront pour se payer le maillot du champion aux couleurs du club à 150 euros, épongeant ainsi sur leur misère l'appétit de gloire et d'argent des promoteurs de la distraction publique et obligatoire. Ces derniers n'éprouvent d'ailleurs aucune honte et, bien au contraire, pensent faire œuvre philanthropique en procurant aux gens un peu de bonheur dans la violence du temps présent.

A propos de ce pauvre garçon à la jeunesse grisée de gloire précoce, nous ne savons même pas son prénom. Il doit bien en avoir un, et sûrement chrétien, puisque il vient du magnifique pays du Brésil. Pour ma part, j'ai opté pour 'Jean' parce que c'est un prénom chargé de signification. Quand on possède un tel talent footballistique, c'est que le Seigneur ne doit pas être très loin. 'Jean', c'est ''Dieu a fait grâce''. Cela lui va donc très bien. En outre, les 'Jean' sont toujours porteurs de bonnes nouvelles à venir, de talents cachés prêts à se dévoiler, d'annonces d'une libération à venir, d'espoir quoi ! Tiens, par exemple, nous en avons un vraiment talentueux dans l'Evangile : le Précurseur. Et même qu'il a failli ne pas s'appeler 'Jean'. Son père Zacharie, qui était muet de stupeur de sa venue inattendue, fait comprendre par écrit que son nom est bien 'Jean'.

Alors, n'hésitons pas parce que ce prénom lui ira vraiment très bien pour que nous puissions l'acclamer comme il se doit et chanter avec son nom les bienfaits d'une société d'argent et de jeux. Aujourd'hui, ce sont les spectateurs des jeux qui saluent les champions, et non plus l'inverse : « Ave, Jean Neymar, ceux qui ont décidé de vivre te saluent ! ». Ensuite, prenez définitivement congé du cirque d'un monde sans vergogne !

Abbé Philippe-Marie



Inscrivez-vous à la Newsletter

L'équipe CathoFamiLink

Comments